Home Sports Jeux Olympiques 2016: Murielle Ahouré, Ta Lou, Méité Ben, Koffi Hua, le...

Jeux Olympiques 2016: Murielle Ahouré, Ta Lou, Méité Ben, Koffi Hua, le sprint Ivoirien peut-il briller à Rio

251
SHARE

S’il y a une épreuve sportive qui retiendra l’attention des Ivoiriens aux Jeux Olympiques de Rio 2016, c’est bien l’athlétisme. Le pays sera représenté par quatre sprinteurs : Murielle Ahouré, Ta Lou Marie-Josée, Méité Ben et Koffi Hua Wilfried. Ces sprinteurs Ivoiriens pourront-ils écrire une nouvelle page de l’histoire de l’athlétisme Ivoirien aux JO ? Surtout que celle de Gabriel Tiacoh (médaillé d’argent aux 400 m) date de 1984, aux USA.

Les voyants semblent être au vert pour les Ivoiriens engagés pour cette compétition Olympique de Rio au Brésil. Toute la Côte d’Ivoire croit aux potentiels des sprinteurs Ivoiriens. Et ce, au regard de la courbe d’évolution des athlètes ivoiriens ces derniers temps. « Vous avez mis l’eau à la bouche des Ivoiriens. Vous connaissez les Ivoiriens, ils sont très exigeants. Vous avez eu les Jeux Africains, maintenant ils regardent déjà vers le mois d’Août. Et le mois d’août, c’est à quelques milliers de kilomètres de la Côte d’Ivoire, c’est Rio de Janeiro, c’est le Brésil, ce sont les Jeux Olympiques. On ne doit pas rester sur 1984. On ne doit pas rester sur Gabriel Tiacoh. On veut entendre d’autres noms. On veut voir d’autres médailles revenir en Côte d’Ivoire. Et les chances sûres de médailles, nous avons 3 ou 4 fédérations qui peuvent nous les apporter. Et je peux vous dire que la Fédération Ivoirienne d’Athlétisme est très attendue. Continuez la préparation. Les sacrifices, ce que vous avez consentis durant des mois et des années, ces sacrifices aboutiront au triomphe si on entend l’hymne national de la Côte d’Ivoire, si on voit le drapeau ivoirien flotter. Je suis sûr que nous pouvons y arriver. Et, vous, vous devez vous dire que c’est possible », avait indiqué le ministre des Sports et Loisirs. S’ils ont bien perçu le message, les sprinteurs se veulent modestes dans leurs ambitions à Rio.

Est-ce enfin le temps pour Murielle Ahouré ?
Murielle Ahouré sera bien présente à Rio de Janeiro, au Brésil, pour défendre la tunique Orange Blanc et Vert, pendant les Epreuves d’athlétisme prévues du 12 au 21 Août. Elle tentera de faire oublier Gabriel Tiacoh, seul médaillé Olympique Ivoirien, dont le sacre commencer à dater de mathusalem (1984, aux USA, médaille d’argent aux 400 m, en 44’’30). Mais Murielle Ahouré est, à coup sûr, la chance de médaille Ivoirienne dans la discipline en athlétisme. Raison pour laquelle elle a été désignée par le comité national Olympique (CNO-CIV) pour porter le drapeau du pays, lors de la cérémonie officielle d’ouverture des jeux. Tout comme ses autres compatriotes, elle sera alignée au 100 et 200 mètres. Au Brésil, elle sera à ses deuxièmes Jeux Olympiques, après Londres en 2012. Une éditions des JO où elle a terminé 7e en finale du 100 m (en 11’’00) et 6e au 200 m, loin derrière des sprinteuses telle que le trio Jamaïcain Shelly-Ann Fraser-Pryce, Kerron Stewart et Sherone Simpson. Mais, depuis lors, la flèche de Moossou a gagné en grade. L’année suivante, en 2013, elle est double médaillée d’argent au championnat du monde (100 et 200 m à Moscou). Aujourd’hui, la double-championne d’Afrique (200 m en 2014 et 100 m en 2016) détient la meilleure performance mondiale de l’année 2016 sur le 100 m. Une performance décrochée au meeting de Montverde en Flori, le samedi 18 juin 2016, avec un chrono de 10’’78. Battant ainsi le record d’Afrique de la distance. Record détenu par la Nigériane, Blessing Okagbare (10’’79). Et ce, malgré une longue période de convalescence dû à un souci musculaire. A la différence de sa cadette, Ta Lou, Murielle n’a pas disputé beaucoup de compétitions avant les Jeux. Elle a plutôt préféré préparer le rendez-vous de Rio, dans le plus grand secret. Ses principaux adversaires restent la Jamaïcaine, Fraser Pryce (2 fois championne Olympique, 7 fois championne du monde et 4 Ligues de diamant) et l’Américaine Allyson Michelle Félix (4 fois championne Olympique, 9 fois championne du monde et 4 Ligue de diamant).

Ta Lou, la surprise des JO ?
A commencer par Ta Lou Marie-Josée. Engagée sur le 100 m et 200m dames, l’athlète de 27 ans qui sera à sa première participation, espère surprendre. Comme ce fut le cas au récent Meeting de Londres en juillet 2016. Dans cette cours sur les 100 m où elle a été en concurrence avec la Championne du monde de la catégorie, Fraser Pryce. Ta Lou Marie-Josée a remporté l’Or en terminant en tête de la course, en 10’’ 96. Une première fois de la voir courir en dessous des 11 secondes. Cette performance loin d’être suffisant pour prétendre glaner une médaille olympique est encourageante. D’autant plus que, Ta Lou a toujours eu des résultats satisfaisant lors des grandes compétitions en athlétisme. Certes, le meeting de Londres est loin d’égaler les Jeux Olympiques, mais Ta Lou veut jouer la carte de la prudence pour certainement surprendre à Rio. « Rio, c’est un autre niveau encore plus costaud. Il faut donc se préparer mentalement et physiquement pour arriver prêt et au top de sa forme. La Diamond League est un super Meeting, mais l’enjeu n’est pas aussi grand que les J.O. », a-t-elle confié à un site sportif après le meeting de Londres. L’objectif de Ta Lou à Rio est de disputer au moins une finale au 100 m et/ou 200 m. « Avec mon coach, on a fixé la finale pour objectif. N’y arrive pas qui veut. Si j’y parviens pour mes premiers JO, ce sera déjà quelque chose de grandiose. Et après, lors d’une finale, tout peut arriver », a-t-elle confié.

Méité Ben Youssef, une finale en ligne de mire
Tout comme Ta Lou, Méité Ben (100 m et 200m) a des ambitions modestes à Rio. Le Champion d’Afrique de 100 m espère disputer au moins une finale. S’il fait un grand retour après des années d’absence, pour cause de blessures, Méité Ben Youssef sait que, remporter une médaille Olympique demeure un gros challenge. Surtout avec Usain Bolt, Justin Galtin. « La Côte d’Ivoire peut s’attendre à quelque chose de grand. Nous avons travaillé pour cela. Au moment où, je reprenais les entraînements, mon objectif n’était de remporter le championnat d’Afrique à Durban. Il s’agit pour moi, de disputer la finale de 100 M. Je ne dois pas perdre de vue mon objectif. Le championnat d’Afrique est une étape préparatoire pour les JO. J’ai réussi à atteindre les objectifs à court terme, Il va falloir se focaliser sur l’objectif principal ; être dans le starting-blocks de la finale du 100 M des Jeux Olympiques », a laissé entendre à l’Intelligent d’Abidjan dans un entretien.

Koffi Hua peut-il surprendre ?
Koffi Hua est le grand inconnu au niveau des sprinteurs Ivoiriens qui seront à Rio. L’athlète de 27 ans a un palmarès assez fourni, au niveau africain. Mais, c’est sur le plan Mondial que se trouve l’interrogation. Il est double champion d’Afrique (100 et 200 m en 2014). Double médaillé d’or aux Jeux Africains de Brazzaville (200 et relais 4×100 m) en 2015. Mais, au niveau mondial, le palmarès est vierge. Cela est compréhensible d’autant plus que, face à lui, se dressent des adversaires comme Usain Bolt, Justin Galtin et autres. La tâche ne s’annonce donc pas facile pour le sprinteur Ivoirien. Sa forme actuelle, elle-même, est une raison d’inquiétude. Il a, en effet, terminé 6e au 200 mètres du championnat d’Afrique 2016, à Durban, en Afrique du Sud. A moins que ce résultat de Koffi Hua soit stratégique, dans l’optique de masquer son jeu avant Rio, il donne des signes d’inquiétudes. Vu les adversaires auxquels il aura à faire au Brésil. A dire vrai, avec lui, la Côte d’Ivoire serait fière d’une finale.

Ange Kouadio et J H K

abidjan.net