Home Société Vacances 2016/ Interview Mme Diassé, présidente du Club des Amis d’Accra: «...

Vacances 2016/ Interview Mme Diassé, présidente du Club des Amis d’Accra: « Les colonies de vacances favorisent l’épanouissement des enfants »

77
SHARE

Mme Diassé Honorine, « Tantie Hono » pour les enfants, responsable du Club des amis d’Accra, également présidente de la fédération des organisateurs et promoteurs de centres de vacances et de loisirs en Côte d’Ivoire s’est ouverte à nous à la faveur des prochaines colonies de vacances qui se tiennent du …au … Interview.

Pouvez-vous revenir sur l’historique de cette initiative ?

C’est une très belle initiative qui a débuté il y a de cela 16 ans pratiquement. D’abord je suis partie au Ghana avec mes propres enfants. Je suis vraiment tombée amoureuse de ce pays, de la langue et puis j’ai eu l’idée de partir avec un grand nombre d’enfants. Je suis allée me faire reconnaitre par le ministère de tutelle qui est le ministère de la jeunesse et des sports, puis le ministère de l’intérieur et voilà depuis 16 ans, nous organisons des centres de vacances et de loisirs, des colonies de vacances, précisément au Ghana.

Comment se passent les choses de façon pratique ?

De façon pratique, nous avons deux séjours. Un séjour qui dure deux semaines et un autre qui dure pratiquement un mois. Le premier séjour commence du 6 au 30 aout et le deuxième du 17 au 30 aout. Nous partons en général avec des enfants de 4 à 18 ans. Pour les tout petits, il y a des monitrices préscolaires qui s’occupent d’eux. En général, les enfants sont dix par groupe, au grand maximum. Les tout petits, c’est-à-dire les moins de dix ans, sont au nombre de sept par groupe.

Quel est l’objectif et l’intérêt d’une colonie de vacance ?

Une ‘’colo’’, d’abord ça veut dire quoi ? Dans un premier temps, l’enfant se sépare de ses parents, c’est ça le premier objectif. L’enfant est séparé des parents, du domicile conjugal. Il retrouve des amis de son âge et de toutes nationalités parce que c’est un brassage. Nous partons cette année avec des enfants du Sénégal et du Mali…Donc, c’est cela l’objectif, être en dehors du domicile familial. Ensuite, on a tout le programme du centre de vacances, c’est-à-dire le programme récréatif, des activités sportives, manuelles, culturelles…C’est surtout cela. L’idée principale c’est donc être en dehors de la cellule familiale, retrouver d’autres amis, dans un cadre vraiment récréatif.

Quelles sont les conditions pour participer à cette colonie ?

Pour y participer, d’abord il faut avoir moins de 19 ans. Il faut payer les frais de séjour…Pour les frais, il faut que les parents rentrent en contact avec nous. Sinon, c’est un tarif abordable. Tout enfant ayant droit au loisir, nous sommes à la disposition des parents pour trouver une solution pour que tout enfant de cet âge participe à ces colonies de vacances.

Quel est en général le nombre total des enfants ?

Ça dépend. Avant la guerre, on enregistrait jusqu’à 280, 285 enfants. L’année dernière, les enfants ivoiriens étaient au nombre de 186 ; les maliens étaient de 52 ; donc, nous avons plus de 200 enfants.

A l’issue de ces colonies, que gagne véritablement l’enfant ?

D’abord l’enfant va suivre quelques heures de cours d’anglais. En même temps qu’il y a le volet activités sportives, récréatives, amusement et autres, l’enfant suit des cours d’anglais. Il apprend quelques mots en anglais ; donc, c’est toujours très bénéfique pour les enfants quand ils reviennent. Et puis le fait de sortir du pays et se rendre dans un pays voisin qui est le Ghana, c’est épanouissant pour les enfants. Même pour nous les adultes, c’est épanouissant, à plus forte raison pour des enfants. Ils sont tout épanouis quand ils reviennent. Parce qu’ils découvrent beaucoup de choses ; ils vont à la Maison des esclaves à Cape Coast. Ils font beaucoup de choses, vont à la piscine, font des concours de ‘’bagnon’’, de miss colonie…Ils ont beaucoup de jeux, donc ils reviennent vraiment épanouis.

Les enfants, ce sont aussi les caprices…Comment arrivez-vous à gérer le quotidien d’autant d’enfants ?

Effectivement les enfants, ce sont certes les caprices, mais quand ils sont entre eux dans un milieu, quand ils connaissement toute la réglementation des colonies de vacances, je vous assure qu’ils deviennent sages ; vous ne les reconnaissez plus…Les enfants, quand ils sont en colonie de vacances, c’est différent de leur situation dans la cellule familiale. Ils respectent les consignes des colonies. Ils savent ce que c’est. Ils savant qu’en ‘’colo’’, on ne fait pas de bagarre, en ‘’colo’’, il n’y a pas de vol; c’est pour s’amuser, se faire des amis, avoir un ami invisible puisqu’on a le jeu d’invisibilité ; c’est cet esprit-là qu’on leur inculque. Chaque année, nous avons un thème. Cette année, le thème retenu par le ministère est ‘’l’ivoirien nouveau’’. Donc dans toutes les activités, il faut que ce thème-là ressorte…Qui dit ivoirien nouveau, dit la paix, le respect, la bonne conduite, le travail, le vivre-ensemble…Donc c’est ce qu’on leur inculque au cours de la colonie. Et ils donnent toujours beaucoup de satisfaction. Il y a les caprices certes, mais ils sont épanouis.

Quel message particulier lancez-vous à la faveur de la colonie de cette année ?

Le message que je voudrais lancer aux parents, c’est qu’il faut que pendant les vacances, les enfants s’amusent. Et en même temps qu’ils s’amusent, il faut qu’ils soient sous la responsabilité des adultes et des moniteurs. Il ne faut pas laisser les enfants seuls à la maison, aller au travail et puis ne pas savoir ce qu’ils font. C’est pour cela que j’invite les parents à inscrire massivement les enfants dans les centres de vacances et de loisirs, dans les colonies de vacances. Ils ne seront pas déçus. Les enfants reviennent avec beaucoup de choses apprises, parce qu’on les laisse à la maison sans surveillance. Je pense que ce n’est pas sécurisant…Il faut inscrire les enfants dans les centres de vacances, précisément le Club des Amis d’Accra pour permettre à leurs enfants de passer d’agréables vacances au Ghana.

DA

abidjan.net