Home Société Laurent Pokou sera inhumé samedi à Tiassalé

Laurent Pokou sera inhumé samedi à Tiassalé

144
SHARE

L’ex-footballeur international ivoirien, Laurent N’Dri Pokou, décédé le 13 novembre 2016 à la Polyclinique internationale Sainte Anne-Marie (PIASM) d’Abidjan-Cocody, sera inhumé samedi, à Tiassalé, sa ville natale après une messe de requiem qui débutera à 10 heures.

La levée de corps a eu lieu ce vendredi, à la morgue d’Ivoire sépulture (IVOSEP) de la commune de Treichville en présence des acteurs du monde sportif, des parents amis et connaissances mais surtout des membres de l’exécutif dont le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et le vice président de la République, Daniel Kablan Duncan.

Les cérémonies d’hommage ont débuté officiellement samedi avec les condoléances du gouvernement qui avait dépêché le ministre des Sports et des Loisirs, François Albert Amichia, au domicile de la famille éplorée à Vridi, commune de Port-Bouët. Mercredi, il y a eu une veillée à Ivosep en présence du vice président, Daniel Kablan Duncan et une soirée d’hommage organisée jeudi, par la Fédération ivoirienne de football (FIF) à son siège de Treichville.

N’Dri Pokou Laurent est né le 10 août 1947 à Treichville. Il était marié et père de cinq enfants. Il a commencé sa carrière sportive a l’USFRAN de Bouaké, puis à l’Asec d’Abidjan, club avec lequel il obtiendra d’ailleurs la plupart des titres figurant à son palmarès. En décembre 1973, il débute une carrière professionnelle en France, au Stade Rennais et à Nancy-Lorraine où il côtoie de grands noms du football mondial comme Michel Platini.

Plusieurs fois champion de Côte d’ivoire, il monte en 1970 et en 1973 sur le podium du ballon d’or africain. Après avoir mis fin à sa carrière sportive en 1979, il se reconvertit dans les fonctions d’entraineur. Cependant, il sera surnommé l’Homme d’Asmara eut égard à ses performances en Ethiopie en 1968 et à Asmara, en Erythrée, en 1970 au cours des phases finales de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football où il a inscrit à lui seul 14 buts.

Il venait de se forger une légende et il a fallu attendre exactement 38 ans pour voir, avec Samuel Eto’o en 2008, pour battre un tel record dans l’histoire du football africain.

De son Laurent Pokou fut baptisé de plusieurs surnoms dont l’Homme d’Asmara, l’Empereur Baoulé et le Duc de Bretagne.

fmo

Source : abidjan.net

abidjan.net