Home Société Côte d'Ivoire. Petit guide d’Abidjan à l’usage des non-initiés

Côte d'Ivoire. Petit guide d’Abidjan à l’usage des non-initiés

74
SHARE

Pour découvrir une ville, mieux vaut encore se renseigner auprès des locaux. Voici quelques conseils pour apprendre à connaître Abidjan et surtout ne rien rater.

De prime abord, la capitale économique de la Côte d’Ivoire et ses 4,7 millions d’habitants peuvent intimider. Mais Orphelie Thalmas, blogueuse ivoirienne, présente sa ville dans The Guardian et y donne quelques conseils pour la découvrir au mieux.

Première chose à faire en arrivant : tester la gastronomie locale. “Notre nourriture satisfait toujours les étrangers, elle est aussi diverse que le sont nos tribus ethniques, elle est sucrée, légèrement épicée, et riche en couleurs”, affirme-t-elle. Les saveurs d’Abidjan se dégustent avant tout dehors, près des étals bon marché qui emplissent les rues. Le garba est un plat typique, composé de semoule de manioc, avec du thon frit : “simple et délicieux”.

Un potentiel écologique à exploiter

La forêt de Banco, en plein cœur de la ville, est le poumon d’Abidjan : un endroit agréable pour faire le plein de nature, mais, considéré comme un lieu mal fréquenté, il reste peu visité par les citadins.

Depuis 2014, fumer dans les lieux publics est interdit, et les sacs plastiques prohibés. Malheureusement, il y a encore beaucoup à accomplir pour faire de la capitale une ville verte, déplore la blogueuse. Le plus gros problème est le recyclage des déchets, ou plutôt leur non-recyclage : ils s’amoncellent et polluent le lagon de la ville.

Un mélange urbain, décontracté et “afro-chic”

Le style à Abidjan ? Un mélange d’influences. Les habitants s’inspirent des modes française et américaine mais reviennent de plus en plus à leur culture d’origine, et imprègnent leur style de tissus et de bijoux africains. Le résultat : un mélange urbain, décontracté et “afro-chic”.

Conclusion d’Orphelie Thalmas : “A Abidjan, nous aimons profiter de la vie, qu’importe la situation de la ville et du pays, qu’il s’agisse de guerre ou de crise politique.”


Africatime CI