Home Société Côte d’Ivoire: Les parents de candidats au bac 2018 s’insurgent contre le...

Côte d’Ivoire: Les parents de candidats au bac 2018 s’insurgent contre le comportement d’un examinateur à Yopougon, Kandia interpellée

793

– Lundi 9 Juillet 2018 -Les parents d’élèves candidats au BAC session 2018 veulent comprendre les enjeux réels de l’accusation de leurs enfants pour fraude au BAC 2018.

Apres le scandale de Yamoussoukro, une autre situation des plus déconcertantes a eu lieu le 02 juillet 2018 au centre privé Gloris sis à Yopougon Niangon axe terminus 27. 

Un examinateur nommé monsieur Méïté visiblement surexcité a eu raison de pauvres candidats, au grand dam de leurs parents.

En effet, le lundi 02 juillet à 15heures, lors des épreuves écrites de l’histoire-géographie, le dit examinateur aurait surpris un élève en procession d’un téléphone. Pour la mise en œuvre de sa sanction, l’enflammé Méïté panique et déverse son emportement sur toute la rangée. Cette situation fait manifestement des victimes innocentes. Il commence d’abord par vider la rangée entière. Moyennant des pourboires, Méïté permet certains et empêche d’autres candidats en les vidant du centre d’examen. C’est à la fin de ces manœuvres, qu’il se rend compte qu’il a maladroitement laissé composer le détenteur et propriétaire du téléphone portable et mis hors du centre des candidats purement innocents.

Conséquences : une année scolaire est gâchée pour ces victimes, les contraignants frais scolaires dépenses connexes ont donc été vaines, pire, avec menaces de suspension de ces candidats de 5 années aux examens nationaux.

Pour les parents d’élèves, cette sanction s’apparente à un crime formel contre l’avenir de l’école ivoirienne. Il est inconséquent que des ‘’microbes’’ tristement célèbres grands bandits enragés, soient célébrés au nom des droits de l’homme par un programme gouvernemental pendant que des élèves sont jetés à la rue pendant 5ans. Il ne s’agira pas pour les hautes autorités d’implicitement gonfler les effectifs des grossesses indésirées, des microbes et des bandits de grands chemins qui sont de nos jours les affres de nos sociétés.

Un évident porte-à-faux avec ‘’ l’école obligatoire’’ prônée par madame la ministre de l’éducation nationale Kandia Camara. Cependant les parents d’élèves se posent la question de savoir, quelle est la sanction appliquée aux forces de l’ordre qui ont permis aux candidats d’entrer au sein des centres de compositions ?

Quelle est la sanction des examinateurs qui réclament de l’argent aux élèves moyennant la permission d’utiliser leurs téléphones dans les salles ? C’est illégal et un crime contre l’école. Occasion pour les parents de candidats sinistrés de demander à madame la ministre Kandia Camara de se pencher sur cette mesure de sorte à limiter la souffrance des parents manifestement éprouvés par des années de scolarités consacrées pour un avenir apaisé.

Donatien kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site . Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.

 

Commentaires Facebook