Home Société Côte d’Ivoire/ Le président de l’Université FHB de Cocody appelle à la...

Côte d’Ivoire/ Le président de l’Université FHB de Cocody appelle à la reprise des cours dès lundi

221
SHARE

Abidjan – Dans une Déclaration publiée dimanche, le président de l’Université Félix Houphouët-Boigny (Abidjan, Cocody), Pr Abou Karamoko, appelle les étudiants à reprendre lundi les cours, interrompus à cause de violences contre la présence de la police sur le campus.

« Chères étudiantes, chers étudiants, j’appelle à l’arrêt immédiat des violences sur le campus et vous invite à une reprise des cours le lundi, 25 juillet 2016, à 7h30. Il y va de votre avenir et partant de celui de la Nation », déclare le nouveau président de l’Université de Cocody qui a pris fonction vendredi, deux jours après sa nomination en Conseil des ministres.

Pr Karamoko a tenu à rassurer les étudiants et l’ensemble des personnels enseignant et administratif que les autorités académiques ont pris des dispositions pour assurer leur sécurité.

Auparavant, il a rappelé les efforts financiers exceptionnels fournis par le Gouvernement pour le développement et la modernisation du système d’enseignement supérieur public, en termes d’infrastructures académiques, sociales, technologiques, d’équipements, de financement de la recherche et d’amélioration des conditions de vie et de travail des personnels enseignants-chercheurs et administratif.

« Si beaucoup a été fait, le Gouvernement est tout à fait conscient des efforts à fournir, pour améliorer la qualité et la pertinence des formations dans les Universités et Grandes Écoles Publiques. A cet effet, le Gouvernement vient de nous administrer la preuve en dégageant un milliard sept-cent millions FCFA pour permettre aux UFR des Sciences de la Santé de faire les Travaux Pratiques et les évaluations », souligne Pr Abou Karamoko.

Pour lui, les violences perpétrées sur le campus sont préjudiciables au bon déroulement des activités académiques. Elles détériorent l’image de l’Université Félix Houphouët-Boigny et compromettent gravement l’insertion professionnelle de ses diplômés.

(AIP)

cmas

abidjan.net