Home Société Côte d’Ivoire : Grève au secondaire et primaire, en attendant la réaction...

Côte d’Ivoire : Grève au secondaire et primaire, en attendant la réaction de Kandia, le Conseil consultatif de l’Education invite les enseignants à la table de discussions

Le Conseil mardi Abidjan-

– Mercredi 06 Février 2019 –Dans un précédent article, nous attirions l’attention de tous sur le silence du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, sur les perturbations constatées dans les écoles publiques du pays depuis trois semaines.

En attendant une réaction officielle de la tutelle qui se fait toujours attendre, le Conseil consultatif de l’Education Nationale en abrégé CCEN, qui se prononce sur la situation.

Réuni en session extraordinaire à la demande du Secrétaire Permanent , le conseil constate dans une déclaration que, ces perturbations sont dues à des grèves déclenchées de manière discontinue par des formations syndicales depuis le mois de novembre 2018 ; que la trêve sociale dûment endossée par ces syndicats à travers leurs faîtières et/ou leurs centrales syndicales est mise à mal ; que grâce au protocole d’accord portant trêve sociale du 18 août 2017, le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire a non seulement fait droit à toutes les revendications posées en son temps par les fonctionnaires dont les enseignants représentent au moins les 2/3 des effectifs, mais a également tenu ses engagements financiers et administratifs ; que le Ministre de l’éducation nationale de l’enseignement technique et de la formation professionnelle a toujours privilégié le dialogue social et la négociation pour la résolution des problèmes dans sa quête permanente de la qualité du système éducatif .

Dès lors, eux, les représentants de la Chambre des Rois et Chefs traditionnels, les guides religieux, les parents d’élèves, représentants de la Société civile qui composent ledit conseil , lancent un appel solennel aux enseignants en grève de savoir raison garder, d’user du dialogue social et de la concertation pour poser leurs revendications.

« Demandons instamment aux syndicats de suspendre les mots d’ordre de grève pour aller à la table de discussions. Convaincus que le bras de fer engagé avec le Gouvernement ne saurait prospérer, nous en appelons à l’esprit civique et citoyen des syndicalistes qui doivent à tout instant contribuer à la sauvegarde de l’école dans l’intérêt des enfants dont ils ont la charge », a conclu le Conseil Consultatif de l’Education Nationale.

Reste à savoir si cet appel sera entendu par les syndicats d’enseignants en grève illimitée depuis trois semaines dans le pays et qui n’exigent qu’une solution concrète à leurs revendications.

Pour rapppel, les exigences des grévistes portent entre autres sur , la revalorisation des indemnités de logement des enseignants, l’augmentation des primes de correction, la suppression des cours du mercredi au primaire, et le paiement un reliquat de 500 000 FCFA pour les anciens contractuels

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook