Home Société Côte d’Ivoire : Explications de l’Etat-major français sur l’exercice du Patrouilleur «...

Côte d’Ivoire : Explications de l’Etat-major français sur l’exercice du Patrouilleur « LV Le Hénaff » lors de l’African Nemo à Abidjan

L’exercice

– Jeudi 16 Mai 2019 – Du 29 avril au 04 mai dernier, le Patrouilleur de Haute Mer (PHM) LV Le Hénaff a conduit le deuxième exercice African Nemo de l’année 2019 qui a rassemblé les marines ivoirienne, libérienne, guinéenne ainsi que le centre d’opération de la Marine (COM) de la Sierra Leone.

Selon l’Etat-Major des armées françaises, cet événement a permis aux différents acteurs de la zone de prendre part à un entraînement grandeur nature de pêche illégale, une des principales préoccupations régionales.

« Dans ce scénario, le LV Le Hénaff s’est transformé pour quelques jours en bâtiment de pêche simulant un comportement suspect. Ayant pris la mer d’Abidjan (République de Côte d’Ivoire) direction Mindelo (Cap-Vert), le Hénaff disposait à son bord des preuves factices d’activité illicite (licence de pêche périmées, passagers clandestins, drogue et armes sur les membres d’équipage). Les équipes de visite engagées dans l’exercice ont donc dû sécuriser le PHM, rassembler les informations compromettantes et les transmettre aux entités terrestres pour assurer un suivi continu du contrevenant d’un pays à l’autre », explique-t-on à .

L’Etat-major révèle que, ainsi, le 29 avril, à la suite de son appareillage d’Abidjan, le LV Le Hénaff a mené un premier exercice avec la marine ivoirienne qui a ordonné au patrouilleur CF Sekongo de procéder à une visite de contrôle des pêches.

Une fois à bord, l’équipe de visite a pu découvrir des papiers non à jour et un marin ne figurant pas sur la liste des membres d’équipage. L’opération menée à bien, le PHM a été autorisé à repartir vers le Libéria, sa prochaine destination.

« Le lendemain, cela a été au tour de la marine libérienne de monter à bord du LV Le Hénaff pour compléter la visite effectuée par les ivoiriens par l’intermédiaire de deux de leurs patrouilleurs. Le COM Libéria s’est occupé de mettre en alerte la Sierra Leone et la Guinée Conakry », poursuit l’armée Française.

Poursuivant sa remontée et sa pêche simulée au large de Freetown et de Conakry, c’est finalement la marine guinéenne qui a abordé le LV Le Hénaff grâce à l’intervention de deux patrouilleurs des garde-côtes soutenus par un avion Tetras. A l’issue d’une visite minutieuse, l’ordre a été donné de dérouter le bâtiment vers le port de Mindelo pour finaliser le dossier de pêche illégale et clore ainsi l’exercice AFRICAN NEMO 19.2, comme indiqué.

Pour rappel, depuis 1990, la France déploie un à deux bâtiments en mission Corymbe de façon quasi permanente dans le golfe de Guinée. La mission a deux objectifs majeurs : participer à la protection des intérêts français dans la zone ainsi et contribuer à la diminution de l’insécurité maritime, en aidant notamment au renforcement des capacités des marines riveraines du golfe dans le domaine de sécurité maritime, dans le cadre du processus de Yaoundé. Le déploiement de bâtiments français en mission Corymbe complète le dispositif français prépositionné en Afrique occidentale (Gabon, Côte d’Ivoire, Sénégal) et participe au volet maritime des coopérations opérationnelles mises en œuvre régionalement par ces forces de présence.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook