Home Société Burkina Faso : Pose de la première pierre du mémorial Thomas Sankara

Burkina Faso : Pose de la première pierre du mémorial Thomas Sankara

koaci.com – Lundi 15 octobre 2018 – La pose de la première pierre du mémorial dédié au capitaine Thomas Sankara, assassiné lors, a eu lieu ce lundi au Conseil de l’Entente où il a été assassiné lors du coup d’État d’octobre 1987.

Burkina Faso : Pose de la première pierre du mémorial Thomas Sankara

Initié par le collectif international Mémorial – Thomas Sankara, le monument hommage à Thomas Sankara, est constitué d’une statue géante de cinq mètres en « ronde bosse » symbolisant le capitaine Thomas Sankara entièrement réalisée en bronze patiné à partir de la cire perdue.

La statue est montée sur un socle en béton de trois mètres de haut de forme pyramidale à quatre faces comportant sur chacune de ses quatre faces trois des douze bustes en « haut relief » symbolisant les douze camarades fauchés avec le capitaine Sankara le 15 octobre 1987, en bronze patiné, a expliqué le concepteur Jean Luc Aristide Bambara.

Ce mémorial vise à perpétuer la vie et l’oeuvre de Thomas Sankara, a expliqué le président du comité international, Colonel Bernard Sanou.

Pour la circonstance, la cérémonie a eu lieu dans l’enceinte du Conseil de l’Entente où des posters géants à l’effigie de Thomas Sankara, et ses phrases cultes, ont été attachés sur des chars sur cale.

Les nombreuses personnes qui ont assisté à la cérémonie ont effectué une procession jusqu’au bâtiment devant lequel a été abattu, et où ils ont applaudi pendant une minute.

Voilà trente un an que le père de la révolution burkinabè a été tué avec douze de ses compagnons, mais Il y’a 21ans que la justice a été saisi mais c’est depuis trois ans que ce dossier connaît une instruction sérieuse, a rappelé Me Benewendé Sankara, l’un des avocats de la famille Sankara.

Selon Mariam Sankara, la veuve du président Thomas, après un déni de régime sous lenoiuvoir de Blaise Compaoré, il a fallu attendre l’insurrection populaire et le gouvernement de la transition pour connaitre un début de justice dans cette affaire.

Elle s’est réjouit de la levée du secret défense en France des archives sur l’assassinat du président Sankara, espérant que ces archives seront transmis à la justice burkinabè.

‘’En ce 15 octobre 2018, la mémoire du président Thomas Sankara reste vivace à travers le monde. Son sacrifice pour l’émancipation et la dignité du peuple Burkinabè ne sera pas vain. Je réitère mon engagement à œuvrer pour l’aboutissement de la justice dans le dossier de son assassinat’’, a écrit le président Roch Marc Crhistian kaboré sur son compte twitter.

Une dédicace d’un livre témoignage sur la vie de Sankara, a eu lieu après la cérémonie de la pose de la première pierre.

Boa, Ouagadougou

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook