Home Politique Législatives à Kouibly: le Congrès pour la Renaissance Ivoirienne (CRI) ne participera...

Législatives à Kouibly: le Congrès pour la Renaissance Ivoirienne (CRI) ne participera pas aux nouvelles élections

99
SHARE

A la suite d’une réunion du secrétariat général élargi aux autres instances du parti, tenue samedi, le Congrès pour la Renaissance Ivoirienne (CRI), a annoncé, lundi qu’il ne participera pas aux nouvelles élections législatives à Kouibly malgré un rang honorable avec 1111 voix obtenus sur 10740 exprimées et reparties entre 14 candidats, soit une moyenne de 10,35%.

Le Congrès se dit « respectueux des institutions du pays et prend acte de l’annulation du vote dans ce département, mais « voudrait prendre ses responsabilités en se mettant au dessus des querelles politiciennes qui n’honorent pas le département de Kouibly. »

Pour cela, « Le CRI ne participera pas à ces nouvelles élections législatives à Kouibly », a annoncé le parti de Jean Enoc-Bah.

Par ailleurs, selon le communiqué signé du SG, Siaba Gondo Franck, le parti assure qu’il n’a signé aucune alliance avec tout autre parti politique ou candidat en lice pour ces élections législatives et ne saurait apporter un quelconque soutien à tout autre candidat en lice pour ces élections législatives à Kouibly.

Par conséquent, le CRI appelle tous ses militants, sympathisants et électeurs à s’abstenir de participer ou soutenir officiellement un candidat qui ne partage pas les idéaux du parti.

Pour terminer, l’instance du parti annonce une tournée de remerciement dans le département de Kouibly du 20 au 26 février 2017 et une mission d’implantation du 10 mars au 30 avril 2017 dans les régions du Guemon et Cavally.

Rappelons que, le 2 janvier dernier, la Commission électorale indépendante (CEI), sur décision du conseil constitutionnel a annulé le vote dans la circonscription 092.

Les instances électorales ont évoqué,entre autres, l’interdiction d’accès des représentants de certains candidats aux locaux de la CEI, la confiscation des PV des résultats, l’irrégularité dans le transport et la transmission des PV, la mauvaise proclamation des résultats par le président d’un bureau de vote refusant au passage la vérification des bulletins de vote.

Le vote est prévu pour le mois de février selon la constitution.

abidjan.net