Home Politique Côte d’Ivoire : Réunie à Anono, la JEDS «le peuple va contraindre...

Côte d’Ivoire : Réunie à Anono, la JEDS «le peuple va contraindre Ouattara à réformer la CEI, s’il ne le fait pas, il n’y aura pas d’élections le 13 octobre»

149

Vue du meeting samedi à Anono (ph KOACI)
– Samedi 15  septembre 2018 – Le deuxième meeting de la jeunesse de la plateforme Ensemble pour la Démocratie (JEDS, opposition radicale, ndlr) après celui de la place CP1 était attendu.

Samedi 15 septembre 2018, c’est le terrain de Cocody Anono qui accueille ce meeting de la JEDS comme constaté sur place par KOACI.
À ce meeting, la jeunesse de l’EDS a été claire. Elle va contraindre Alassane Ouattara à réformer la commission électorale indépendante (CEI).

Prévu pour 10H, c’est finalement à 14H que les choses vont véritablement débuter au terrain d’Anono.

Côte d'Ivoire : Réunie à Anono, la JEDS «le peuple va contraindre Ouattara à réformer la CEI, s'il ne le fait pas, il n'y aura pas d'élections le 13 octobre»

À ce meeting, ont été invités Innocent Yao de la JPDCI rurale, Samba David du collectif des indignés de Côte d’Ivoire, Idriss Diouf et secrétaire général des logements sociaux.

Au nom du comité d’organisation dont il assure la présidence, Dahi Nestor a salué la mobilisation du jour. Il a aussi profité de l’occasion pour présenter son équipe.

La seconde allocution était l’affaire du secrétaire logements sociaux Idriss Diouf. Il a dénoncé la politique de déguerpissement du pouvoir d’Abidjan. Diouf a appelé à la solidarité.

« Le pouvoir en place se réclame des Houphouetistes mais ils refusent d’exécuter les œuvres d’Houphouët. Aujourd’hui ils veulent tout raser les logements sociaux de Côte d’Ivoire. Nous n’allons pas les laisser faire. Nous allons être désormais tous solidaires. Nous n’allons pas accepter que ces voleurs nous privent de nos logements sociaux. Nous disons non aux déguerpissements anarchiques. Houphouët Boigny n’a jamais fait dormir quelqu’un au cimetière »

Samba David président du collectif des indignés de Côte d’Ivoire, prenant la parole pour la première fois en public a appelé à la solidarité dans les actions.

« Ils ont pensé nous neutraliser, mais ils nous ont mis à une position où le monde entier nous connaît. On ne vient pas contre quelqu’un. Dieu est en train de faire les choses. Nous sommes indignés parce que Ouattara tous les jours nous indigne. Je vous demande aujourd’hui au nom du corps social d’agir ensemble. Si on ne dit rien, Ouattara fera ce qu’il veut. Ouattara n’est pas venu pour arranger les Ivoiriens. Il est venu pour nous effrayer. Comme nous avons décidé de ne pas effrayer Ouattara alors c’est lui qui a décidé de nous effrayer. Levons-nous pour effrayer Ouattara un jour parce que si nous ne l’effrayons pas, il va continuer à faire ce qu’il veut. C’est Ouattara qui doit avoir peur de nous et non le contraire. Ouattara doit nous craindre », a déclaré le premier responsable des indignés de Côte d’Ivoire.

Innocent Yao, président de la JPDCI rurale a clarifié à ce meeting la position de la jeunesse du parti de Bédié. Pour lui, son parti qui a aidé le chef de l’État à prendre le pouvoir ne veut plus de lui en 2020. Il a aussi exigé la réforme de la CEI avant les élections locales d’octobre.

« Je remercie cette mobilisation exceptionnelle. La présence de la JPDCI à cette rencontre d’aujourd’hui montre que tous les Ivoiriens sont ensemble. Nous nous sommes levés aujourd’hui pour prendre notre destin en main avec la jeunesse d’EDS. Quand on est unis, on peut aller partout. Il y a un temps pour faire la réconciliation. Nous, notre position est claire. Il faut réformer la CEI pour ne plus qu’il y ait des morts dans notre pays. Et cela doit se faire avant les élections locales. Aujourd’hui considérez que nos destins sont liés. C’est dans l’Union et la solidarité que nous pouvons atteindre nos objectifs. Les Ivoiriens connaissent aujourd’hui le problème de la Côte d’Ivoire et en 2020, il faut mettre fin à ça. Avec la JEDS, nos destins se sont croisés et nous allons mettre en place des stratégies, nous jeunes de Côte d’Ivoire pour prendre nos destins en main. Le PDCI qui a aidé Alassane Ouattara à venir au pouvoir, ne veut plus de lui en 2020″, a expliqué Innocent Yao, président de la JPDCI rurale.

Pour terminer, Koua Justin président de la JEDS a été sans langue de bois. Pour lui, la JEDS va contraindre Alassane Ouattara à réformer la CEI. Il affirme être prêt à aller au combat.

« La république n’emprisonne pas les républicains. Partout où nous aurons l’occasion de prendre le micro, nous allons exiger la libération de Dogbo Blé et des prisonniers militaires. On ne peut pas prendre une loi d’amnistie pour libérer des prisonniers politiques et maintenir encore des prisonniers politiques. On demande à Alassane Ouattara de libérer les prisonniers militaires. On ne va pas à la Mecque pour mentir aux Ivoiriens. Il faut qu’Alassane Ouattara termine ce qu’il a commencé. Notre mission c’est qu’il y ait zéros prisonniers militaires en Côte d’Ivoire. L’ordonnance d’Alassane Ouattara montre qu’il y a deux types d’Ivoiriens en Côte d’Ivoire. Il y a la catégorie des bourgeois comme Ouattara et celle des pauvres. On ne peut pas se soigner parce que la santé est privatisée. Pendant que les Ivoiriens meurent de faim, eux ils se baladent à Assinie. Ouattara veut nous écraser, nous les pauvres. Si nous ne nous levons pas pour revendiquer notre dignité, ils vont nous écraser. Nous devons nous lever pour aller au combat. Et le combat qui nous attend, c’est celui de la CEI. On veut simplement une nouvelle CEI. Youssouf Bakayoko ne veut pas conduire le destin électoral de la Côte d’Ivoire. Alassane Ouattara ne peut pas annoncer la refonte de la CEI à son discours à la nation et venir se dédire, nous ne pouvons pas accepter ça. Le peuple va le contraindre Ouattara à refonder la CEI. Si nous n’avons pas une nouvelle CEI, ce n’est pas évident que nous ayons les élections le 13 octobre. Si Ouattara n’appelle pas l’opposition à la discussion, il sera dépassé par les évènements. Nous allons le conduire à sa dernière demeure s’il ne réforme pas la CEI. Si Ouattara nous invite au combat, nous allons aller au combat. Nous allons lui faire porter ses habits de deuil. L’heure a sonné pour que les Ivoiriens se rassemblent pour conduire leur destin. Nous appelons au rassemblement pour sauver la Côte d’Ivoire », a conclu Justin Koua.

Jean Chrésus pour

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook