Home Politique Côte d’Ivoire: Reconquête du pouvoir en 2020: Les stratégies de la conquête...

Côte d’Ivoire: Reconquête du pouvoir en 2020: Les stratégies de la conquête du pouvoir d’Etat dévoilés à Adzopé

281

– Dimanche 18 Mars 2018 – Le parti démocratique de Côte d’Ivoire(PDCI) entend reconquérir le pouvoir perdu depuis le 24 décembre 1999. Et ce, à travers une stratégie savamment préparée et dispensée par des cadres du parti. Ainsi, pour dérouler cette machine de reconquête, c’est la région de la Mé notamment la ville du ministre Patrick Achi , Adzopé qui a abrité un séminaire de renforcement de capacités aux membres du bureau exécutif national (BEN) et les coordinateurs locaux de ladite région. Cette activité s’est déroulée ce samedi 17 mars 2018 au Centre culturel.

‘’ Quelle stratégie d’animation pour la redynamisation des coordinations JPDCI-RDA face aux enjeux électoraux ?’’ Tel était le thème de cette rencontre organisée par la jeunesse urbaine du PDCI , la JPDCI Urbaine conduite par son président Kouassi N’dri Valentin. 

 
C’est une jeunesse du PDCI –RDA qui mobilisée et requinquée à bloc, s’est retrouvé au foyer des jeunes aux fins de s’imprégner des techniques comportementales et relationnelles vis-à-vis de ses adversaires d’ici 2020. Le conférencier du jour et non l’un des moindres, en la personne de l’ancien ministre, le Dr Gnamien Yao a, à l’entame de son exposé, rappelé que l’objectif de l’élaboration de la stratégie est très clair : «comment donner des outils à la JPDCI Urbaine afin qu’elle accroisse ses performances pour que, de tous les partis politiques en Côte d’Ivoire, le PDCI soit le parti qui remporte le plus grand nombre de suffrages à chacune des consultations à venir ? » Et pour y parvenir, l’homme propose quatre(4) points essentiels, à savoir : « premièrement s’imprégner des statuts et règlements intérieurs du parti. » Cette connaissance selon lui, permettra à la famille PDCI d’avoir une connaissance de chacun et de ses fonctions : « qui sont les acteurs et comment ils doivent évoluer les uns par rapport aux autres, leurs différentes attributions et comment éviter les différents télescopages ? » En effet, la connaissance des textes d’un parti aux dires du conférencier, permet de savoir « Comment évoluer pour ne pas se tromper d’adversaire. Car celui qui prend son partenaire comme son adversaire a tout faux ! Il n’avance pas, il recule, il ne gagne pas. Bien au contraire, il perd! » Bref, pour lui tous ceux qui s’affichent PDCI, qui entonnent l’hymne du parti sont des partenaires et non des adversaires quel que soit la situation ! Tout selon lui, se résume en la discipline, l’humilité. Ajoutant que l’essentiel est de se contenter « de bien faire le peu que l’on confie comme tâche.» Une autre attitude qui mène à la victoire et qu’il rappellera à ses poulains est « l’humilité, la discipline, la dextérité » qui doivent caractériser les militants et responsables. « On peut mériter à tous les postes du PDCI pour vu qu’on y mette du sien .qu’on exécute la mission confiée avec zèle, amour, tolérance, justice et équité. » A- t-il souligné.
Deuxième point dans l’élaboration de la stratégie, le plus vieux parti de Côte d’Ivoire selon le conférencier, doit se baser sur son histoire pour avancer :
 « Notre parti doit vivre ; avoir une histoire. Cette histoire ne peut pas être mise en parenthèse. Des générations avant nous, ont accumulé des gains, des acquis et le PDCI est légataire d’un héritage. » Ces ‘’trésors’’ pour ainsi dire selon toujours lui, ‘’sont enviés’’ et expliquent le fondement du ‘’combat’’ mené par le PDCI : « un combat digne. Vous êtes dignes parce que vous êtes héritiers de Félix Houphouët Boigny, de Ouezzin Coulibaly, de Joseph Anoma , de Gabriel Dadié, de Auguste Denise , de Philippe Grégoire Yacé. Ce que les autres n’ont pas et vous envient. Méritons de ces aînés, de ces devanciers qui ont offert leur dignités, leurs vies, leurs sueurs pour qu’aujourd’hui, nous soyons des citoyens libres. » Autre fait important à ses yeux « l’éducation au dialogue, à la paix et au pardon enseignée par le père fondateur Houphouët » qui doit conduire à un maintien dans leur « sillage et cultiver en toute circonstance la paix par le rassemblement autour de son digne successeur le président Henri Konan Bédié.» 
Un président(Bédié), a-t –il fait savoir à son auditoire, qui reçoit des personnalités de tous rangs, de la gauche, de la droite : « cet indicateur prouve que nous avons notre chance au cours des prochaines élections. A condition que la discipline règne au sein du parti. »

Côte d'Ivoire: Reconquête du pouvoir en 2020: Les stratégies de la conquête du pouvoir d'Etat dévoilés à Adzopé

-le troisième point est une invitation aux séminaristes à avoir un objectif clair à atteindre, un but réel comme guidé par une boussole : « aucun vent n’est favorable à un bateau qui n’a pas de cap. Il fait du surplace c’est-à-dire qu’il tourne sur lui-même. » Invitant ainsi la JPDCI à avoir « son agenda de voyage » En clair, les jeunes doivent nourrir l’ambition de garder le cap et d’avoir un objectif précis afin de « porter le parti au pouvoir ». Par contre, se résigner à l’accomplissement de cette mission qui est la leur, a- t-il averti, les conduira à « être à la remorque des autres.» Lorgnant du côté de son allié du RHDP , le RDR , comme pour lui exprimer son attachement à ‘‘cette liberté chèrement acquise’’, il lança en ces termes : « On ne veut pas d’un PDCI qui existe par lui-même et on veut l’avoir avec soi. » Cette existence provient selon lui, de l’intelligence du parti, qui après des années et suite au coup d’Etat de décembre 1999, devient « encore plus fort et conquérant. » Et tout cela, a- t-il affirmé, est à mettre à l’actif du président Bédié et ses hommes.

Le quatrième et dernier point énoncé par le conférencier fut résumé par des propos rassembleurs au sein du parti : « ne pas privilégier les actions en solitaire. Mais bien au contraire, être lié par un système résumé en la solidarité et la discipline. » Terminant ses propos, M Gnamien Yao n’a pas manqué de rappeler que « la peur d’un PDCI revanchard s’est estompée car après 18 ans d’éviction du pouvoir, il est resté lié par ce système qu’est la solidarité et la discipline. » 

Le président de la JPDCI urbaine Kouassi N dri Valentin remerciant le conférencier pour sa contribution riche d’enseignements, a quant à lui, encouragé tous les militants du PDCI RDA à se faire enrôler afin de se faire recenser sur la liste électorale dont l’opération débute du 21 au 27 avril prochain : « Que tous les militants qui se sentent capables, tous les coordinateurs qui sont les représentants locaux et tout le BEN aillent faire des réunions et rencontres d’information et de sensibilisation afin que ce recensement électoral soit un succès. C’est à travers un recensement massif que le PDCI pourra revenir au pouvoir. Et ce, a- t-il martelé, avec ou sans l’aide des autres. Et d’ajouter : « la meilleure alliance est celle avec le peuple de Côte d’Ivoire, avec tous les ivoiriens. » Cette future victoire des présidentielles pour lui, a été paraphrasée par les propos du président Bédié qui s’est exclamé en ces termes « oui nous le pouvons ». Propos tenus selon le premier responsable de la JPDCI urbaine lors de sa convention d’investiture en 1995 à Yamoussoukro et traduits dans toutes les grandes langues du Pays.
Ce séminaire a vu la présence de responsables du PDCI RDA que sont M Kamagaté Brahima secretaire exécutif, la présidente de l’UFPDCI –RDA communale et régionale Adzopé Madame Amoin Antoinette, Madame Jomo Ahou Madeleine vice-présidente chargée de la coopération internationale et SG du Mouvement Bédié Pour Tous, Tous pour Bédié.

 
 

Kouamé, Adzopé 

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site . Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.