Home Politique Côte d’Ivoire : Près de huit ans après la crise post-électorale, une...

Côte d’Ivoire : Près de huit ans après la crise post-électorale, une évaluation du processus de la réconciliation présentée en présence de Simone Gbagbo

Simone Gbagbo et les participants jeudi Abidjan (Ph KOACI)-

–Vendredi 11 Janvier 2019 –L’action pour la Protection des Droits de l’homme (APDH) et son partenaire la fondation Allemande « Konrad Adenauer Stiftung », ont fait une évaluation du processus de la renonciation nationale en Côte d’Ivoire, huit (08) après la crise post-électorale, avec pour thème : « Côte d’Ivoire : Réconciliation nationale, où en sommes-nous ? »

La présentation des résultats de l’étude a été faite jeudi à Abidjan en présence de l’ex première Dame Simone Gbagbo, et de l’ancien ministre de la réconciliation, Sébastien Dano Djédjé, comme constaté sur place par .

Selon le président de l’APDH dans son discours d’ouverture, les ivoiriens en décidant d’aller à la réconciliation, ont voulu écrire une nouvelle histoire. Pour Dr Arsène Néné Bi, l’expérience d’autres pays qui ont vécu la situation ivoirienne a démontré que la réconciliation est un sujet complexe.

« Malgré son caractère complexe, les pays qui ont traversé les crises sont parvenus à la réconciliation. La réconciliation des ivoiriens est possible. Nous sommes convaincus que votre amour pour la Côte d’Ivoire est un atout majeur pour arriver à la réconciliation », a-t-il déclaré.

Pour le militant des droits de l’homme, il est essentiel de prendre un bon départ car la marche vers la réconciliation est irréversible.

« Les résultats n’ont pas la prétention d’offrir des solutions. L’APDH veut emmener à une véritable réconciliation dans le respect des droits de l’homme », a précisé Dr Néné Bi.

Quant au représentant résident de Konrad Adenauer Stiftung (KAS), M. Florian Karner, il a signifié d’entrée que la Côte d’Ivoire doit être un pays de paix et de prospérité pour toute la sous-région.

Selon lui, la plupart des acteurs veulent à travers diverses actions ramener la paix dans le pays. C’est donc pour accompagner ces actions, que la fondation a soutenu l’APDH pour fournir une assistante aux autorités ivoiriennes.

« C’est une contribution à la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire », a-t-il souligné, avant d’ajouter que la réconciliation est une œuvre qui s’inscrit dans la durée.

« Une œuvre de sacrifice au plan social, économique et politique. C’est un honneur pour notre fondation de soutenir le processus de la réconciliation en Côte d’Ivoire dans l’harmonisation de sa vie socio-politique ».

Il faut noter que, après enquête auprès d’un échantillon de la population ivoirienne , il a été recommandé la volonté politique, l’établissement de la vérité, l’autorité de l’Etat et la sécurité des biens et des personnes, la justice nationale et internationale, la parole publique des leaders politiques, le dialogue politique, la réforme des lois confligènes, l’accès équitable à l’administration et aux emplois publics , un processus électoral équitable et transparent, le pardon, la coexistence pacifique des communautés et l’identification des victimes pour une véritable réconciliation dans le pays.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook