Home Politique Côte d’Ivoire : Les victimes des crises opposées à la probable libération...

Côte d’Ivoire : Les victimes des crises opposées à la probable libération de Gbagbo annoncent un sit-in devant la CNDH le14 janvier

Issiaka Diaby dimanche à Abidjan (ph )
– Dimanche 06 Janvier 2019 – Le Président du Collectif des victimes de Côte d’Ivoire (CVCI), Issiaka Diaby a eu cet après-midi une rencontre avec ses membres à la mairie de Yopougon.

Il s’est élevé contre la probable libération de l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo et a par ailleurs appelé à la démission du Chef de cabinet de Mariatou Koné qui bloque selon lui, le processus d’indemnisation des victimes.

«On a fait confiance à la Cour pénale internationale, notre confiance est en train d’être viciée à notre détriment. A partir du 14 janvier 2019, on va faire le premier grand rassemblement devant la Commission nationale des droits de l’homme à Cocody. C’est pour dire à la Cour pénale internationale qu’il faut que Gbagbo soit maintenu en prison jusqu’à la fin des procédures, » s’est justifié le Président en ce qui concerne la probable libération de Laurent Gbagbo.

Les conditions de Issiaka Diaby pour une libération de l’ancien Président ivoirien sont énormes.

Il invite la défense de Laurent Gbagbo à donner une réponse aux cinq incidents soulevés par Bensouda, notamment, l’attaque de la RTI, le bombardement de la marche des femmes, le massacre de Yopougon, les barrages civiles et les attaques des mosquées.

«Il faut que les avocats prouvent que ces cinq incidents n’ont jamais existé. Si on rend une décision en faveur de Laurent Gbagbo, nous allons descendre dans la rue. Nous allons manifester notre mécontentement le 14 janvier 2019 à partir de 10 heures devant la CNDH, » a-t-il insisté.

Le Président des victimes prévient que si Laurent Gbagbo est libéré, la représentation de la CPI en Côte d’Ivoire fermera ses bureaux.

Issiaka Diaby et les membres de son collectif rejettent par ailleurs l’opération du Fonds spécial AGR au profit des victimes en situation de vulnérabilité et appellent à la démission du Chef de cabinet de la ministre de la Solidarité qu’ils accusent de bloquer le dossier d’indemnisation.

«La personne qui bloque tout, c’est monsieur Kouamé Nguessan, chef de cabinet de Mariatou Koné. Si vous n’êtes pas indemnisés jusqu’à maintenant, c’est lui. C’est lui qui bloque tous les dossiers actuellement. Je le dénonce. C’est lui seul qui bloque tout aujourd’hui,» a précisé M. Diaby.

Il reconnait en définitive que le chef de l’Etat a tout fait pour les victimes malheureusement, les collaborateurs de Mariatou Koné ne font pas leur boulot.

Wassimagnon

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook