Home Politique Côte d’Ivoire : Dialogue annoncé avec l’opposition sur la question de la...

Côte d’Ivoire : Dialogue annoncé avec l’opposition sur la question de la réforme de la CEI, Armand Ouegnin souhaite qu’il soit inclusif

Ouegnin samedi à Abidjan (ph KOACI)
– Dimanche 13 Janvier 2019 – À un an des élections présidentielles la question de la réforme de la commission électorale indépendante (CEI) est au centre de tous les débats. Opposition et pouvoir sont unanimes sur la question de la réforme de la CEI.

Le gouvernement ivoirien comme annoncé lundi dernier par KOACI veut initier un dialogue politique avec les partis de l’opposition dans le cadre de la réforme de la CEI et la préparation des élections de 2020. Dans ce cadre, le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly avait annoncé que le démarrage de ce dialogue politique était prévu à partir du 21 janvier prochain.

Recevant les femmes de sa structure hier samedi 12 janvier 2019 au siège de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) à Cocody (commune résidentielle), Georges Armand Ouégnin, président de EDS s’est prononcé sur la question du dialogue politique avec l’opposition annoncé par Gon Coulibaly, comme constaté sur place par .

Le premier responsable de EDS qui s’est réjoui de constater que le combat entamé par sa plateforme depuis le 20 avril 2017 est en train de porter ses fruits, a par la même occasion souhaité que ce dialogue soit le plus inclusif possible en y associant les partis et groupements politiques du pouvoir et de l’opposition ainsi que la société civile.

« Nous nous réjouissons de constater que le combat entamé depuis le 20 avril 2017 est en train de porter ses fruits avec l’annonce par le gouvernement d’un dialogue avec les partis politiques sur le cas de la réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI). Nous souhaitons très sincèrement dans l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire, que ce dialogue soit le plus inclusif possible en y associant les partis et groupements politiques du pouvoir et de l’opposition ainsi que la société civile, conformément à l’Arrêt de confirmation du 28 septembre 2017 de la Cour Africaine des droits de l’Homme et des Peuples; et ce dans l’optique de déboucher à terme sur un processus électoral consensuel pour des élections libres, transparentes, justes, démocratiques et pacifiques », a-t-il fait remarquer.

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook