Home International RD-Congo : qui succédera à Joseph Kabila aux élections de décembre 2018?

RD-Congo : qui succédera à Joseph Kabila aux élections de décembre 2018?

Une série de photos d'archives de l'ancien ministre congolais de l'Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary (G), au siège de la commission électorale du Congo à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 8 août 2018, Felix Tshisekedi (2-G), chef de l'opposition congolaise Le parti de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) lors de la conférence de presse tenue à Nairobi au Kenya le 23 novembre 2018 et le candidat à l'opposition présidentielle congolaise Martin Fayulu (à droite) à Goma, dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo, 2018. REUTERS / Kenny Katombe, Baz Ratner, Samuel Mambo / Photo d'archivesUne série de photos d'archives de l'ancien ministre congolais de l'Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary (G), au siège de la commission électorale du Congo à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 8 août 2018, Felix Tshisekedi (2-G), chef de l'opposition congolaise Le parti de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) lors de la conférence de presse tenue à Nairobi au Kenya le 23 novembre 2018 et le candidat à l'opposition présidentielle congolaise Martin Fayulu (à droite) à Goma, dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo, 2018. REUTERS / Kenny Katombe, Baz Ratner, Samuel Mambo / Photo d'archives
Une série de photos d’archives de l’ancien ministre congolais de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary (G), au siège de la commission électorale du Congo à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 8 août 2018, Felix Tshisekedi (2-G), chef de l’opposition congolaise Le parti de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) lors de la conférence de presse tenue à Nairobi au Kenya le 23 novembre 2018 et le candidat à l’opposition présidentielle congolaise Martin Fayulu (à droite) à Goma, dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo, 2018. REUTERS / Kenny Katombe, Baz Ratner, Samuel Mambo / Photo d’archives

Africapostnews RD-Congo – La République démocratique du Congo organisera ce dimanche des élections présidentielles qui pourraient déboucher sur le premier transfert de pouvoir démocratique du pays, après des décennies marquées par un régime autoritaire, des coups d’État et des conflits meurtriers.

Le résultat du vote destiné à choisir le successeur du président Joseph Kabila est loin d’être certain, après une campagne entachée de violentes mesures de répression contre les rassemblements de l’opposition suivie de la destruction de milliers de machines à voter dans la capitale lors d’un incendie la semaine dernière.

Le “protégé” de Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, fait face à un grand défi posé par deux leaders de l’opposition: Felix Tshisekedi, président du plus grand parti d’opposition du Congo, et Martin Fayulu, ancien dirigeant et homme d’affaires d’Exxon Mobil.

Un sondage mené par le Congo Research Group (CRG) de l’Université de New York en octobre montre que les dirigeants de l’opposition étaient favorisés par environ 70% des électeurs. Tshisekedi serait en tête avec 36% des suffrages, devant ses alliés désormais Vital Kamerhe (17%) et Shadary (16%). Fayulu s’est classé quatrième avec un soutien de huit pour cent.

Au total, 21 candidats se présenteront, dont plusieurs autres critiques éminents de Kabila, ce qui risque de diluer le vote de l’opposition et d’augmenter les chances de Shadary.

Les résultats pourraient également être compromis par des accusations de fraude similaires à celles qui ont terni l’élection présidentielle de 2011. L’opposition a déjà critiqué l’utilisation de machines à voter électroniques non testées qui, selon eux, faciliteront le trucage des résultats.

Vous trouverez ci-dessous les profils des principaux candidats :

L’allié : Emmanuel Ramazani Shadary

 

Emmanuel Shadary

L’ancien gouverneur de la province de Maniema (58 ans) a exercé les fonctions de ministre de l’Intérieur de la fin de l’année 2016 jusqu’en février, date à laquelle il a été nommé secrétaire permanent du parti PPRD de Kabila.

Il est un défenseur combatif du président et a supervisé les répressions répétées contre les manifestants et les groupes pro-démocrates en tant que ministre de l’Intérieur, en particulier à la suite du refus de Kabila de quitter le pouvoir après l’expiration de son mandat en 2016.

En mai 2017, l’Union européenne a imposé une interdiction de voyager et un gel sur ses avoirs pour son implication dans « la planification, la direction ou la perpétration d’actes constituant des violations graves des droits de l’homme ».

Le choix de Kabila d’un fidèle farouche suggère que le président a l’intention de rester étroitement impliqué dans la politique nationale. Ce dernier pourrait se présenter à nouveau en 2023.

Une victoire dans l’ombre entraînera vraisemblablement une poursuite de la politique de Kabila, notamment une ligne dure sur le secteur minier, dans laquelle les investisseurs étrangers espèrent que le gouvernement annulera les fortes hausses d’impôt approuvées plus tôt cette année.

L’héritier de l’opposition: Felix Tshisekedi

 

Felix Tshisekedi

Felix Tshisekedi est le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le plus grand parti d’opposition du Congo, âgé de 55 ans.

Il tire une grande partie de sa légitimité politique du fait qu’il est le fils de l’ancien chef de l’opposition, Etienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles l’année dernière à 84 ans.

En novembre, sa décision, aux côtés de son allié Kamerhe, de se retirer d’un accord de l’opposition visant à soutenir Martin Fayulu en tant que candidat commun a anéanti l’espoir de l’opposition de présenter un front uni dans la course.

Tshisekedi a déclaré qu’il choisirait Kamerhe comme Premier ministre s’il remporte le vote. En retour, il soutiendra un candidat du parti de l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Kamerhe lors de l’élection présidentielle de 2023.

« Si je suis élu président, ma priorité sera de rétablir la paix et la sécurité dans tout le pays », a déclaré M. Tshisekedi à Reuters.

L’homme d’affaires: Martin Fayulu

Martin FayuluMartin Fayulu
Martin Fayulu

Fayulu, 61 ans, était juste derrière Shadary et Tshishekedi lors du dernier vote en octobre, mais sa nomination en tant que candidat de l’opposition commune en novembre pourrait favoriser son soutien populaire.

En tant que candidat commun, il bénéficie du soutien de poids lourds de l’opposition populaire tels que Jean-Pierre Bemba et Moise Katumbi, à qui les autorités ont interdit de se présenter.

Fayulu possède la plus vaste expérience en matière d’affaires parmi les pionniers des élections, après avoir passé près de deux décennies en tant que gestionnaire chez le géant pétrolier américain Exxon Mobil. Il a promis, sans plus de précision, de réviser les contrats miniers et pétroliers en tant que président.

« Les gens ont besoin de dirigeants qui leur apporteront le développement, la prospérité », a déclaré Fayulu aux journalistes à Genève après l’annonce de sa candidature. « Nous sommes déterminés à accomplir ce travail pour que le Congo cesse d’etre la risée du monde. »

Fayulu est le président du parti Engagement pour la citoyenneté et le développement (ECIDE).

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Afrique Post News ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook