Home International Des chercheurs sénégalais et guinéens inventent un test capable de détecter le...

Des chercheurs sénégalais et guinéens inventent un test capable de détecter le virus Ebola en moins de 30 minutes

des chercheurs inventent un dispositif capable de détecter le virus Ebola en moins de 30 minutesdes chercheurs inventent un dispositif capable de détecter le virus Ebola en moins de 30 minutes
Source: Ouest-france.fr

(APN) – Des chercheurs américains, sénégalais et guinéens ont créé un test capable de détecter le virus Ebola chez un malade en moins de 30 minutes.

Le virus Ebola, aussi connu sous le nom de maladie à virus Ebola ou FHV pour fièvre hémorragique virale est un virus de la famille des filoviridés. Il provoque une fièvre sévère. Particulièrement virulent, le virus Ebola peut provoquer la mort (entre 25 et 90% de mortalité selon les épidémies). Ebola est une maladie très grave, contagieuse et potentiellement mortelle. L’OMS la qualifie comme l’une des maladies les plus virulentes au monde. (www.passportsante.net)

Aujourd’hui il n’existe aucun traitement ni vaccin préventif contre la fièvre Ebola. Cependant, des soins intensifs permettent de lutter contre les symptômes de la maladie et d’aider le patient à survivre à l’infection. Pour cela, il faut s’y prendre assez tôt.

Malheureusement, les symptômes de la fièvre Ebola – la fièvre, des nausées, vomissement ou encore une fatigue sévère – ressemblent fortement aux symptômes du paludisme. Par conséquent, de nombreux malades du virus Ebola sont diagnostiqués à tort comme malades du paludisme et ne reçoivent pas les soins appropriés. Une erreur qui a permis au virus de se répandre à vitesse grand V.

Afin de mieux soigner les malades et stopper l’expansion de la maladie, des chercheurs américains, sénégalais et guinéens ont mis en place un nouveau test qui permet de détecter le virus Ebola en 30 minutes contrairement aux méthodes habituelles qui prennent 1 à 4 heures.

Le test se fera sur un échantillon sanguin à partir d’un dispositif électrique rechargeable et pourra également être pratiqué dans les zones chaudes et humides.

Cependant, les études ont démontrer que le test n’est fiable qu’à 90 % et que les méthodes classiques – bien que plus longues – restent plus précises.

« Ces performances sont légèrement moins bonnes que celles des tests actuellement utilisés pour diagnostiquer Ebola. On risque de passer à côté des patients infectés depuis peu de temps ou au contraire de ceux en phase tardive, mais aussi des cas peu sévères » explique le Dr Sylvain Baize, responsable du Centre national de référence des fièvres hémorragiques virales.

Malgré quelques limites dans son fonctionnement, ce dispositif représente un réel espoir dans la lutte contre l’expansion du virus Ebola.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Afrique Post News ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook