Home Faits divers Abobo : Des hommes armés ouvrent le feu sur un gérant de...

Abobo : Des hommes armés ouvrent le feu sur un gérant de cabine téléphonique

421
SHARE

Là-bas, dans sa cabine téléphonique qu'il gère, au quartier « Baoulé extension », dans la commune d'Abobo, N'Dri Élie qui exerce ce petit métier, pour éviter la dégradante politique de la main tendue, croyait mener une vie relativement tranquille. A l'abri de toute déconvenue.

Hélas, c'était sans compter avec ces agitateurs de sombre nature, que sont les malfaiteurs. En effet, selon nos sources, dans la nuit du mercredi 2 août 2017, N'Dri Élie, comme d'habitude, est confortablement installé dans sa cabine téléphonique. Il reçoit des clients qui sollicitent ses services. Et apparemment, les choses se passent très bien pour lui. Le jeune homme, d'une trentaine d'années, fait recette. Ignorant complètement, malheureusement, qu'il est dans le viseur de criminels. Et ces derniers n'attendent que le moment idéal pour entrer en action et faire ce qu'ils savent le mieux.

A relire: Abobo/ Un faux colonel de l'Armée arrêté

Et ce moment-là arrive, quand aux alentours de 20h, des clients ne se manifestent plus vraiment. Ainsi, un taxi-compteur vient garer en face de la cabine téléphonique. Le jeune opérateur économique, de toute évidence, croit avoir affaire à des clients. Des vrais qui lui permettraient de donner un peu plus de relief à sa recette. Mais il va déchanter lorsque deux des hommes, à bord de ce véhicule de transport, mettent pied à terre. Ces derniers, au lieu de mettre à la disposition du jeune homme, des numéros téléphoniques qu'ils entendent joindre, brandissent plutôt des pétoires.

Puis, comme de véritables pète-sec, ils somment le malheureux N'Dri Élie de leur remettre ses biens. Ce dernier n'a pas le temps de s'exécuter que les bandits, eux-mêmes, se servent. Ils prennent d'ailleurs tout. Ainsi, à l'infortuné garçon, ils arrachent ses téléphones-portables et tout son pognon, non évalué. On pense alors, qu'avec leur butin, ils vont se casser de là. Que non ! Méchants qu'ils sont, ils tirent plutôt sur leur victime, puis ils s'engouffrent dans leur taxi, qui démarre en trombe. Grièvement blessé, le gérant de cabine téléphonique est évacué dans un centre hospitalier. Des agents de police, alertés, se rendent sur les lieux de l'attaque. Puis, à l'hôpital, où ils retrouvent le blessé. Leur constat achevé, ils ouvrent une enquête, en vue de mettre la main sur les gangsters.

 

KIKIE Ahou Nazaire


Source : L'infodrome