Home Economie Le FPI réclame l’annulation des facturations «fantaisistes» de la CIE et la...

Le FPI réclame l’annulation des facturations «fantaisistes» de la CIE et la libération des étudiants

59
SHARE

Abidjan (Côte d’Ivoire) – Le Front populaire ivoirien (FPI) parti de l’opposition membre du l’Alliance des forces démocratiques (AFD) a réclamé, vendredi, l’annulation des facturations «fantaisistes et anarchique» de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) et et la libération des étudiants arrêtés lors des manifestations à l’Université Félix-Houphouët contre l’occupation de leur locaux pour les jeux de la Francophonie.

Dans une conférence de presse donnée au Quartier général de son parti, Pascal Affi N’Guessan a indiqué que le régime d’Alassane Ouattara a « échoué politiquement, économiquement et socialement ».

« L’AFD reste préoccupée par l’enlisement du dialogue entre l’opposition et le gouvernement, par l’absence d’avancées significatives sur la question des prisonniers politiques et du dégel des avoirs, par la dégradation de la situation des droits humains et de sécurité », a dit M. Affi.

‘’Le pays est en ébullition. Ce sont des émeutes électriques, des émeutes de la misère dans plusieurs localités’’ a-t-il ajouté, rappelant qu’à l’époque ‘’nous avons prédit que les ivoiriens avaient tort de se réjouir d’avance car avec Alassane Ouattara les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Les faits viennent de nous donner raison’’.

Pascal Affi N’guessan a également indiqué que « sous Alassane Ouattara la faillite du système universitaire est totale (…) face à l’incapacité du gouvernement à trouver des solutions durables aux problèmes ».

Sur la révision de la constitution, le FPI et l’AFD lui demandent « d’y renoncer purement et simplement» et exigent le respect des franchises universitaires et des libertés syndicales.

« L’AFD demande au chef de l’Etat de respecter pour une fois encore ses engagements et d’ordonner en conséquence l’annulation pure et simple des facturations fantaisistes, anarchique à la base des émeutes aux quelles l’on assiste actuellement », martelé Pascal Affi N’Guessan.

Une grogne populaire s’est emparée des grandes villes de la Côte d’Ivoire (Yamoussoukro, Daloa, Bouaké…) suite à la cherté du coût d’électricité observée dans ce pays.

MC/ls/APA

abidjan.net