Home Culture Côte d’Ivoire: Sy Savané, «La télévision bien faite, peut être une auxiliaire...

Côte d’Ivoire: Sy Savané, «La télévision bien faite, peut être une auxiliaire d’éducation et de culture»

45
SHARE

Sy Savané jeudi (Ph )-

– Jeudi 29 Juin 2017 –La Responsabilité parentale face aux contenus audiovisuels : la question de la signalétique a été l’objet ce jeudi d’un atelier organisé par la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA), Abidjan Plateau comme constaté sur place par .

Selon le régulateur de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire, l’objectif général est d’informer et sensibiliser le public sur la mesure qu’elle a prise le 10 avril 2014 dans le cadre de la protection des enfants et des adolescents.

L’atelier visait aussi à proposer un mécanisme de collaboration avec les acteurs intervenants dans la protection des enfants et adolescents et aussi créer un cadre de concertation afin de mutualiser les actions en faveur de ces derniers.

Dans le discours inaugural du président la HACA, le ministre Ibrahim Sy Savané, a rappelé l’importance de l’audiovisuel dans la société actuelle. Il a ensuite admis que la régulation ne peut à lui seul appréhender l’ensemble des problématiques que pose le développement des programmes audiovisuels.

« La régulation dans sa dimension institutionnelle ne peut à lui seul appréhender l’ensemble des problématiques sociales et sociétales que pose le développement exponentiel des programmes audiovisuels », a-t-il indiqué avant de poursuivre. « C’est pourquoi, chaque personne de bonne volonté doit jouer un rôle de régulateur au sein même de la famille. L’éducation aux médias commence et se poursuit au sein du cercle familial. D’où la notion de la Responsabilité parentale. »

Poursuivant, le communicateur avéré a souligné que même si les enfants censés être protégés ont pris le contrôle des télécommandes à la maison, il faudrait bien garder à l’esprit que si l’impératif de liberté autorise le développement continu de la télévision, la nécessité de l’éducation imposerait à son tour un suivi rigoureux et une vigilance tout aussi grande de la part des parents.

« Non, la télévision n’est pas neutre. Bien faite, elle peut être une auxiliaire d’éducation et de culture. Mais lorsqu’elle atteint son point d’extrême de dérive, elle véhicule la violence, elle induit certains comportements qui ne sont pas propices à l’équilibre des enfants et de la jeunesse », a fait remarquer ce dernier.

Pour sa part la représentante de la ministre de la famille, de la femme et de la protection de l’enfant, Madame Edmée Mansilla, a indiqué qu’il était important de prendre conscience de l’effet négatif de la télévision sur les enfants à cause de certains contenus peu recommandables, avant d’ajouter que cet atelier permettra aux parents de jouer pleinement leur rôle.

Donatien Kautcha, Abidjan




Source : Koaci