Un Atelier international s’ouvre à Abidjan sur le Renforcement de capacités des...

Un Atelier international s’ouvre à Abidjan sur le Renforcement de capacités des ONG dans l’architecture humanitaire internationale

34
SHARE

Organisé à l’initiative de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), du ministère ivoirien des Affaires étrangères, et avec l’appui financier de l’USAID, un Atelier international de renforcement de capacités des Organisations non gouvernementales (ONG) dans l’architecture humanitaire internationale s’est ouvert ce mercredi à Abidjan.

Cet Atelier, selon Omar Taha project manager à International Medical Corps, a pour but de renforcer la capacité du personnel des ONG nationales et internationales, ainsi que celle d’autres acteurs humanitaires, à participer aux systèmes et à l’architecture humanitaires de façon à améliorer la coordination et la réponse d’ensemble aux besoins des personnes affectées par des crises humanitaires.

Olga Bilyk, program operations specialist de l’USAID a dit l’importance de cet Atelier au regard des besoins de plus en plus croissant de la communauté humanitaire. « La communauté humanitaire a besoin de plus d’appui », a relevé Olga Bilyk. Pour elles c’est ensemble qu’il faut agir en raison de la demande croissante de la communauté humanitaire.

Quant a Abdoulaye Kébé, cadre professionnel au département des Affaires Humanitaires de l’OCI, il a rappelé qu’il est urgent de renforcer les capacités des ONG à mieux faire face aux catastrophes humanitaires. Il a salué la tenue de cet Atelier en Côte d’Ivoire, premier pays francophone a l’abrité après l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Maroc, la Malaisie et le Kenya. Il a dit la gratitude de l’OCI aux autorités ivoiriennes pour non seulement leur accord pour la tenue de cet Atelier en Côte d’Ivoire, mais pour leur implication en vue de sa bonne organisation.

« Vers une intervention humanitaire plus efficace est plus que jamais d’actualité face aux nombreux et multiples défis auxquels sont confrontés les nations, notamment la gestion des flux de réfugiés de guerres, des sinistrés de catastrophes naturelles ainsi que les victimes d’actes terroristes »avoir permis l’organisation », a dit le ministre par intérim des Affaires étrangères Marcel Amon-Tanoh, représenté par l’Ambassadeur Ly Djérou Robert, Secrétaire général Adjoint dudit Ministère. Selon le ministre Amon-Tanoh, le renforcement des capacités du personnel des organisations non gouvernementales sur le système international humanitaire apparaît –il comme une réponse appropriée aux besoins des personnes affectées par les crises humanitaires.

Le projet «Vers une intervention humanitaire plus efficace: Renforcement de la capacité et de la participation des organisations non gouvernementales (ONG) dans l’architecture humanitaire international a pour but de renforcer la capacité du personnel des ONG nationales et internationales, ainsi que celle d’autres acteurs humanitaires, à participer aux systèmes et à l’architecture humanitaires de façon à améliorer la coordination et la réponse d’ensemble aux besoins des personnes affectées par des crises humanitaires.

Le projet est financé par le Bureau de l’USAID pour les secours d’urgence en cas de catastrophe à l’étranger (OFDA) et mis en œuvre par un consortium composé d’International Medical Corps, de Concern Worldwide et de l’Initiative humanitaire d’Harvard (Harvard Humanitarian Initiative).

Ces ateliers offrent au personnel d’ONG l’opportunité d’améliorer leurs connaissances des éléments clés de l’architecture humanitaire, y compris l’approche cluster, le leadership humanitaire de pays, et les mécanismes de financement humanitaire, et invitent les participants à examiner les principes humanitaire qui guident l’aide humanitaire. L’atelier a pour but d’aider les participants à décrire le système de coordination humanitaire internationale, comprendre le rôle des ONG dans le système de coordination humanitaire internationale, Appliquer les principes humanitaires et de partenariat aux efforts de coordination. Et d’Identifier des mesures que les ONG peuvent prendre pour renforcer leur impact grâce à la coordination et à la participation au système de coordination humanitaire internationale.

Elisée B.

abidjan.net

Commentaires

commentaires