Les revendeurs de gaz souhaitent l’institution d’un cadre juridique dans le secteur

Les revendeurs de gaz souhaitent l’institution d’un cadre juridique dans le secteur

48
SHARE

Abidjan - Les responsables du Syndicat ivoirien des revendeurs de gaz (SIRGAZ) ont souhaité mercredi, à Abidjan, l’institution d’un cadre juridique dans le secteur, lors d’une rencontre avec le ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des Petites et moyennes entreprises (PME), Souleymane Diarrassouba, à son cabinet.

Le Secrétaire général du SIRGAZ, Evariste Gballou a demandé au nouveau ministre de traduire dans les faits les recommandations de l’atelier organisé du 27 au 29 juillet 2016, à Grand-Bassam, par son prédécesseur Jean-Louis Billon, concernant leur domaine d’activités, dans le cadre de la lutte contre la vie chère.

Lesdites recommandations portaient sur la formalisation des relations entre les acteurs (marketeur, mandataire et revendeur) dans le cadre d’un protocole d’accord notamment sur les marges de distributions et les obligations réglementaires sous la supervision des ministères techniques et la fixation de façon consensuelle par les différents acteurs des prix à tous les stades de la chaîne de distribution qui seront homologués par le ministère du Commerce, la prise en compte d’un service de proximité de 200 francs pour les revendeurs des quartiers et la mise en place un comité de suivi de la distribution du gaz avec un représentant de chaque acteur de la filière gaz.

Tout en prenant acte de ces préoccupations, le Ministre Diarrasouba, a demandé aux revendeurs de gaz de lui donner du temps d’étudier le dossier en leur promettant de les rencontrer ultérieurement pour en débattre longuement.

Selon les mesures gouvernementales, la bouteille de gaz de 6 kg (B6) devait revenir à 2 000 FCFA, la B12 à 5 200 FCFA et la B28 à 13 000 FCFA. Des prix qui ne sont pas respectés sur le terrain, a dénoncé le président du SIRGAZ.

Cette rencontre du Ministre Souleymane Diarrassouba avec les acteurs de la filière du gaz s’inscrivait dans le cadre des réunions de prise de contact avec les différents mouvements et associations des secteurs d’activités relevant de son département. A ce sujet, il s’est déjà entretenu avec les Organisations professionnelles des commerçants et les associations de consommateurs.

akn/fmo

Source : abidjan.net

abidjan.net

Commentaires

commentaires