Burkina: trois militaires de l'ex-garde de Compaoré extradés de Côte d'Ivoire

Burkina: trois militaires de l'ex-garde de Compaoré extradés de Côte d'Ivoire

42
SHARE

Retour au Burkina Faso pour trois soldats de la garde rapprochée de l'ex-président Blaise Compaoré. Les sergents-chefs Roger Koussoubé, dit «le Touareg», Zerbo Mohamed, et l'adjudant Wekouri Kossé, qui s'étaient réfugiés en Côte d'Ivoire après la tentative de coup d'Etat contre le gouvernement de la transition en septembre 2015, ont été extradés vendredi 25 novembre. Avec l'arrestation de ces trois sous-officiers de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle de Blaise Compaoré, les autorités burkinabè fondent l'espoir que les juges en charge des dossiers du putsch manqué, de l'attaque d'un dépôt d'armes près de Ouagadougou en début d'année et de la récente tentative de coup d'Etat auront des informations utiles pour la suite de la procédure.

« Les colis ont été réceptionnés ». C'est en ces termes que le ministre burkinabè de la Sécurité intérieure a annoncé l'arrivée des ex-soldats de l'ancienne garde de Blaise Compaoré sur le sol burkinabè.

Recherchés dans le cadre de l'enquête sur le coup d'Etat de septembre 2015, Roger Koussoubé, dit « le Touareg », et ses camarades s'étaient réfugiés en territoire ivoirien. « Les autorités ivoiriennes ont accompli un geste fort qui a consisté à remettre à Abidjan, et cela, suite à des échanges que nous avons eus avec elles, trois éléments de l’ex-RSP qui s’étaient enfuis en Côte d’Ivoire lors du coup d’Etat de septembre 2015. Ceux qu’on a arrêtés, c’est ce qu’on appelle le noyau dur », affirme-t-il.

Avec ces arrestations, le ministre de la Sécurité intérieure espère que les dossiers liés au coup d'Etat manqué de septembre 2015, l'attaque d'un dépôt d'armes près de la capitale et la récente tentative de coup d'Etat connaîtront leur épilogue. « Nul doute que les enquêtes vont pouvoir avancer rapidement dans les dossiers d’atteinte à la sûreté de l’Etat », se réjouit-il.

Tout en remerciant les premières autorités ivoiriennes, le ministre d'Etat, Simon Compaoré, salue la collaboration entre les forces de sécurité ivoiriennes et burkinabè pour la stabilisation et la paix dans la sous-région ouest-africaine.


Africatime CI

Commentaires

commentaires