Home Société 4ème édition de l’opération grand ménage à Bouaflé / Anne Désirée Ouloto...

4ème édition de l’opération grand ménage à Bouaflé / Anne Désirée Ouloto aux populations: Lorsque Bouaflé sera totalement propre, vous aurez de l’argent pour les projets de développement de vos administrés

29
SHARE

La quatrième édition de l’opération grand ménage s’est déroulée pour la première fois à l’intérieur du pays dans le département de Bouaflé dans la région de la Marahoué le samedi 03 juin 2017.
S’adressant aux populations, élus, cadres et autorités administratives à la place Tchin-tchin de ladite ville, Anne Ouloto, ministre de la Salubrité,de l'Environnement et du Développement durable a dit qu’elle était porteuse d’un message ; celui de les exhorter à la culture de la propreté : « Nous sommes venus assainir Bouaflé, faire en sorte que Bouaflé soit un modèle d’engagement citoyen pour la propreté de notre cadre de vie ». La ministre qui a présenté les multiples avantages de l’entretien, a fait savoir que le cadre de vie peut contribuer au développement des collectivités. « Lorsque Bouaflé sera totalement propre, vous aurez plus d’argent pour les projets de développement de vos administrés » a-t-elle conseillé. La ministre Anne Ouloto a félicité Bouaflé pour son engagement dans le programme gouvernemental grand ménage. Elle a surtout salué la cohésion au sein des élus et autorités administratives pour la conduite de l’opération. « Bouaflé est un bon exemple en raison du niveau d’engagement des leaders de l’administration territoriale et des collectivités territoriales. Cela a un impact naturellement positif. Bouaflé avec la présence du représentant du président du conseil économique, social, environnemental et culturel et le président du conseil régional, le maire, sous la présidence du préfet soutenu par l’ensemble du corps préfectoral permet aujourd’hui d’avoir une bonne visibilité. Tous ces leaders ont une vision qui est celle du Président de la République. Cette vision qui est mise en œuvre à travers une stratégie par des activités que nous déployons depuis plusieurs mois. Bouaflé est un bel exemple, il faut montrer à la nation pour dire que c’est possible tant qu’on est solidaire », s’est réjouie Anne Ouloto. Après la commune de Bouaflé, la ministre s’est rendue à Pakouabo à environ 15km de la ville. Dans ce faubourg, les populations villageoises ont marqué leur adhésion pleine et entière à cette opération à travers l’institution du comité local de salubrité. Des kits de salubrité ont été offerts par la ministre aux différentes populations afin de les accompagner à mener à bien l’entretien de leurs localités. Dressant le bilan de l’opération sur l’ensemble du territoire national, la ministre a relevé que les régions du haut-Sassandra (Daloa) et Indenié-Djuablin (Bettié) ont été les meilleurs élèves avec un taux de participation estimé à 90% sur un taux de participation de 56 % pour les villes de l’intérieur. Le taux de participation au niveau du district d’Abidjan est de 50%.

Les populations s’engagent à être des ambassadeurs de la propreté
Par la voix de leur leader, élus, chefs traditionnels, communautés religieuses, jeunes et élèves ont pris l’engagement d’œuvrer au succès du grand ménage à Bouaflé. Abi Richmond, président du conseil régional de la Marahoué a fait savoir que l’entretien de l’environnement est un devoir. « Nous avons l’obligation de garantir notre environnement propre ». Il a annoncé la construction d’une unité de valorisation de troncs de bananier pour la fabrication entre autres de mèches et de papier. La région s’est également dotée d’un instrument légal de lutte contre l’insalubrité à travers le comité régional de salubrité et d’hygiène présidé par le préfet. Ce comité a été installé officiellement par la ministre.
De même, Boti Hugues Arnaud, président du conseil régional de la jeunesse de la Marahoué, Kouassi Amani Frédéric au nom du collectif des chefs traditionnels et religieux ont donné l’assurance à la ministre à travers des motions d’engagement à être des ambassadeurs de la propreté à Bouaflé.

Ernest F, envoyé spécial

Source : abidjan.net