Législatives 2016/ Contentieux électorale à Divo: les explications du coordonnateur RHDP

Législatives 2016/ Contentieux électorale à Divo: les explications du coordonnateur RHDP

96
SHARE

Le dimanche 01 Janvier 2017, alors que nous sommes en plein tous dans la fête du nouvel an, les résultats des élections législatives ont été invalidé par le Conseil Constitutionnel dans les JT de 13h, dans deux localités différentes : Kouibly et Divo Commune.

À l’annonce de cette décision à Divo, Monsieur Famoussa Coulibaly instruit ses militants UDPCI et sympathisants à l’effet de prendre les rues et de s’attaquer à mes biens. Ainsi, HIAM Hôtel du groupe HIAM a été saccagé, cambriolé, et tout le matériel des chambres emportés et certains bâtiments incendiés, la ferme GNANKAN (volaille de Divo) a été entièrement dévastée. Ma résidence a aussi été attaquée.

Ils ont par ailleurs pillé et détruit l’espace gastronomique « escale du Djiboua » appartenant à mon frère cadet.

Monsieur Famoussa Coulibaly et ses militants UDPCI me reprochent de soutenir mon candidat et de manipuler le Conseil Constitutionnel en vue d’annuler les résultats des élections législatives à Divo, grave accusation contre une de nos plus hautes instances judiciaires.

Pour rappel, je suis le coordonnateur RHDP et à ce titre je me dois de soutenir la candidature de tous les candidats de ma famille politique dans le Lôh Djiboua. Ainsi donc nous avons soutenu les candidats du RHDP de Lakota, Zikisso, et de Divo sous préfecture.

C’est ce que je me suis attelé à faire pendant les campagnes présidentielles et législatives. Je voudrais dire que si c’est à refaire, je ferai textuellement la même chose. Nous sommes dans un Etat de droit et il y a des instances judiciaires chargées de régler les contentieux électoraux dans notre pays. Et dans notre cas, le candidat RHDP Koné Lassina dit Bazo a formulé une plainte régulière et recevable au Conseil Constitutionnel qui a invalidé les résultats des élections législatives de Divo Commune.

Je tiens à rappeler que monsieur Famoussa Coulibaly et ses partisans avant même la campagne législative ont publié sur les réseaux sociaux qu’ils s’en prendraient à mes biens s’ils ne gagnent pas les élections.

Nous ne sommes pas le Conseil Constitutionnel, nous ne sommes mêlés de près ni de loin par cette décision rendue par le Conseil Constitutionnel qui est un organe spécialisé à cet effet. Nous ne comprenons donc pas une telle barbarie. Force reste donc à la loi, nul n’est au dessus de la Loi dans notre pays. La justice fera son travail.

Face à cette situation déplorable, je lance un appel, au calme à la population. Evitons des affrontements à notre belle cité.

Cet acte de violence, vandalisme et brigandage de Monsieur Famoussa Coulibaly est ignoble.

Mais ne répondrons pas violence pour violence et nous nous en remettons à la justice.

Dr - Amede Kouakou Maire de Divo

abidjan.net

Commentaires

commentaires