Tribune : Qui est Simone Ehivet Gbagbo ?

    290
    SHARE

    Dans la vie, tout ce qui nous arrive de mal ou de bien est lié à deux choses. Cela est lié soit à notre l'ignorance, soit à l'ignorance de notre société.

    Dans les sociétés très peu versées dans la quête du savoir et de la valorisation des personnes ayant des compétences, le savoir rend malheureux celui qui le possède.

    En 1514, Copernic émet l'hypothèse que la terre tourne autour du soleil. Galilée ne la contredit pas. Il va même jusqu'à prouver que celui à raison. Le 24 Février 1616, le saint office rend sa sentence et condamne Copernic et l'héliocentrisme. Le 12 Avril 16633, alors âgé de 70 ans, Galilée est accusé d'hérésie par l'église catholique et est condamné à la prison à vie. Mais sa peine fut rapidement revue, ainsi, il fut assigné en résidence. La même église le réhabilitera en 1992.

    Simone Ehivet GBAGBO est certainement une femme qui comme tous les érudits incompris et opprimés de notre siècle vivent le martyr à cause de leurs arguments, leurs vérités et leur savoir que ne supportent pas les ignorants. La lumière éblouit les personnes qui vivent dans les ténèbres, disent les philosophes.

    Simone Ehivet n'est-elle pas une femme éduquée et engagée qui fait peur comme furent Copernic, Galilée, Martin Luther King, Rosa Parks... ?

    Simone Ehivet est la fille de Jean Ehivet, gendarme de profession et de Marie Djaha.

    Deuxième née d'une famille de dix-huit enfants, elle a quinze sœurs, devenant très tôt tutrice de ses cadets. Elle fait ses débuts de formation dans des écoles primaires à Moossou, Bouaké et Béoumi.

    Élève au lycée classique d'Abidjan en option lettres modernes, elle mène sa première grève en 1966 (elle est interpellée par la police) et elle obtient le baccalauréat en 1970. Elle décroche une licence en lettres modernes à l'université d'Abidjan, étudie à l'École normale supérieure de Côte d'Ivoire.

    Elle est major de sa promotion du concours du CAPES, qui donne accès à la carrière de professeur de l'enseignement secondaire. Elle a été également étudiante en France (à l'université Paris-XIII, où elle a passé une maîtrise de lettres modernes option littérature orale en 1976 sur « l'image de la femme dans le conte »), au Sénégal (à l'université de Dakar, où elle a passé un DEA en 1981 et ensuite un doctorat sur « le langage tambouriné chez les Abourés » ) et, enfin, en Côte d'Ivoire (elle y a obtenu une licence en linguistique africaine à l'université d'Abidjan en 1984).

    Elle est historienne, docteur 3e cycle en littérature orale, chercheur en linguistique appliquée et syndicaliste marxiste très proche des milieux évangéliques américains.

    Le parcours scolaire et universitaire de cette femme impressionnent les personnes averties. Et, il est important que l'on sache qui est cette femme qui a le malheur d'être une femme politique engagée et non une docile ménagère ou une amatrice des ONG.

    Cela est ma contribution pour la paix et le bonheur pour tous et non uniquement pour certains, en Côte d'Ivoire.



    M Samuel A
    Cel/ 07-38-59-14

    Source : Koaci

    Koaci