Société Ivoirienne de Banque accède au BRVM 10 moins de trois mois...

Société Ivoirienne de Banque accède au BRVM 10 moins de trois mois après son arrivée sur la cote

69
SHARE

L'action de la Société Ivoirienne de Banque, s'est très rapidement illustrée sur la Bourse Régionale des Valeurs Mobilière d'Abidjan. Elle occupe déjà la quatrième place sur la dernière composition de l'indice BRVM 10 qui regroupe, pour chaque trimestre précédent, les titres les plus liquides du marché financier commun au pays membres de l'UEMOA.

Arrivée sur la cote le 27 octobre 2016, elle a fait l'objet de transactions pour un volume global de 193 665 titres. Très attendue, la Société Ivoirienne de Banque a bénéficié d’un certain engouement sur le marché. Son pic de titres échangés de 39 975 a été atteint le 10 novembre 2016, alors que sa valeur avait atteint la veille, son plus haut jusqu'ici (26 815 FCFA).

Société Ivoirienne de Banque rejoint dans cet indice d'élite de la BRVM des sociétés comme Ecobank Transnational Incorporated (ETI) qui domine le BRVM 10, même si la valeur de son action a terminé sur une perte de 47,9% au 30 décembre comparé à celle de janvier 2016. La deuxième entreprise de l'indice est la Sonatel (Orange Sénégal) la plus grosse capitalisation boursière de ce marché et sa concurrente sur le marché ouest-africain Onatel (Maroc Telecom) occupe la troisième place.

La société ivoirienne de banque devrait continuer d'attirer les investisseurs, même s'il n'est pas certain qu'elle fera mieux que la quatrième place de l'indice BRVM 10, du fait de la faible largeur de son flottant en bourse. Sa valeur a progressé de 58,7% entre son introduction et la fin de l'année 2016.

Même si elle a entamé l'année sur une légère baisse de 1,28% (le 2 janvier 2017), ses performances financières au terme du troisième trimestre 2016 devraient lui valoir d’attirer des investisseurs en quête de dividende intéressants. Son résultat net affiché au 30 septembre 2016 a été de 12,9 milliards de FCFA, en hausse de 16,9% comparé à celui de la même période en 2015. Mais il faudra compter avec des investisseurs de court-terme souvent plus intéressés par la réalisation de plus-values rapides.

Idriss Linge


Africatime CI

Commentaires

commentaires