Home Economie Côte d’Ivoire: modification des statuts de la CGECI pour ‘’renforcer la gouvernance’’...

Côte d’Ivoire: modification des statuts de la CGECI pour ‘’renforcer la gouvernance’’ de cette organisation patronale

32
SHARE

La Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI, patronat ivoirien) a procédé, jeudi, à la modification de ses statuts au cours d’une Assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) pour ‘’renforcer la gouvernance’’ de cette organisation patronale, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

’Nous avons relevé des insuffisances et des imprécisions dans nos textes (…) Cette décision de modification a été prise au cours de notre dernière Assemblée générale de novembre 2016’’, a rappelé le Président de la CGECI, Jean-Marie Ackah.

‘’Nous aurons un Conseil d’administration dont la légitimité sera renforcée parce qu’il ne sera pas majoritairement des membres coptés ou des membres désignés’’, s’est-il félicité, ajoutant que ‘’le nombre d’administrateurs passe de 25 à 35 au maximum pour permettre à un grand nombre de participer directement à la vie de l’institution’’.

Selon les statuts modifiés, le Président de la CGECI a désormais un quota de désignation d’administrateurs représentant au maximum 20% du Conseil d’administration pour lui permettre de copter des personnes ressources dont il pense avoir besoin dans l’exercice de son mandat compte tenu de leurs compétences et également pour lui permettre de corriger ou d’améliorer la représentativité qui émanera des désignations faites par les différents collèges.

Ainsi, a expliqué M. Ackah, le Président pourra utiliser son quota pour corriger les insuffisances de représentation de certains corps importants de la société par exemple les jeunes, les entrepreneurs nationaux.

‘’Si ceux-là se retrouvent insuffisamment présents dans le Conseil, il appartiendra d’utiliser ce quota de désignation pour corriger ces écarts. Mais ce qui est important à retenir c’est que la très large majorité du Conseil à 80% sera constituée de membres désignés par leur collège respectif’’, a poursuivi le Président du patronat ivoirien.

Par ailleurs, la modification des statuts a apporté une ‘’clarification’’ à la participation des entreprises individuelles aux organes dirigeants de la CGECI à travers le système de collège des entreprises qui a été créé.

‘’Nous avons créé quatre collèges selon la taille économique des entreprises. C’est à l’intérieur de chacun de ces collèges que les membres éliront leurs représentants au Conseil d’administration’’, a poursuivi Jean-Marie Ackah.

Donc aujourd’hui, a-t-il ajouté, ‘’les entreprises de toute taille y compris les entreprises de moins d’un milliard de FCFA de chiffre d’affaires aussi que les grosses entreprises de plus de 20 milliards de FCFA sont assurées à travers le système que nous avons retenu dans ces textes d’avoir des membres issus de leur collège qui siègeraient au sein du Conseil, qui seraient à même de porter leurs préoccupations au niveau de ce Conseil’’.

S’agissant de la durée du mandant du Président, les textes modifiés le maintiennent à trois ans, renouvelable une seule fois. ‘’’Le mandat du Président n’a pas changé. Il y a eu un débat au sein de la CGECI depuis quelques années sur la durée du mandat du Président. Nous avons à travers ces textes, confirmé l’option d’un mandat du Président de la CGECI, reconductible une seule fois. Nous sommes sur un mandat de 3 ans donc le Président de la CGECI ne peut être Président que pour une durée maximum de 6 ans’’, a expliqué M. Ackah.

Jean-Marie Ackah, président du Conseil d'administration de la Société ivoirienne de production animale (SIPRA) a été élu en octobre à la présidence de la CGECI, succédant ainsi à Jean Kacou Diagou, fondateur du Groupe de banque-assurance NSIA, qui a occupé ces fonctions pendant une décennie.

LS/hs/APA

Source : abidjan.net