2ème édition du Salon des Infrastructures d’Abidjan (SIA 2016) : Patrick Achi...

2ème édition du Salon des Infrastructures d’Abidjan (SIA 2016) : Patrick Achi annonce de bonnes perspectives

39
SHARE

La deuxième édition du Salon des Infrastructures d’Abidjan (SIA) ouverte le 24 novembre dernier sur le site du futur parc d’exposition d’Abidjan, route de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny, ferme ses portes ce samedi 26 novembre. « Développement des infrastructures en Côte d’Ivoire : défis et opportunités », en est le thème retenu. A l’ouverture de ce salon, le ministre des Infrastructures économiques a annoncé que : « 2017 est l’année du redémarrage des infrastructures économiques en Côte d’Ivoire ». « Il s’agit du projet de construction du pont de Yopougon, des autoroutes de sortie Est, vers N’dotré, de sortie Ouest, vers Songon, ainsi que plus de projets de la Banque mondiale qui devront faire du renforcement de la voirie, aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays, et le lancement de la construction de voies nouvelles ; puis le projet de réalisation de la baie de Cocody », a-t-il indiqué. Patrick Achi a également fait savoir que l’émergence sans champions nationaux est quasi impossible. Il a donc rassuré afin que pour la réalisation de ces différents projets, les petites et moyennes entreprises (Pme) ne soient pas laissées pour compte. Patrick Achi a accordé une attention particulière au financement des entreprises. « Le ministre des Finances nous a rassuré que des actions sont entreprises par l’Etat et que des négociations sont en cours pour voir comment un accompagnement pourrait être fait pour faciliter le financement des Pme », a-t-il déclaré. Le ministre des Infrastructures économiques a aussi présenté l’état de dégradation avancée des infrastructures routières. Il a appelé à des réflexions sur la question de la qualité et de la durabilité des infrastructures au cours de ce salon. « C’est une question qui préoccupe au plus haut point l’Etat et qui touche aussi bien les entreprises de travaux publics que les bureaux d’études et de contrôle. C’est un problème de capacité humaine. Nous attendons de votre séminaire que vous puissiez nous apporter un certains nombre de pistes pour que nous puissions trouver des solutions d’accord parties », a-t-il exhorté. Le président du Groupement ivoirien du bâtiment et des travaux publics (GIBTP), Philippe Eponon, par ailleurs président du SIA 2016, a indiqué que les opérateurs du secteur BTP ont leur partition à jouer dans le plan national de développement (PND) 2016-2020 d’un coût global de 30.000 milliards de francs CFA.

Serge A. Badet

abidjan.net

Commentaires

commentaires