Home Sports Les blessures, l’un des plus gros fléaux du football moderne

Les blessures, l’un des plus gros fléaux du football moderne

Chaque saison, de grands joueurs doivent interrompre une grande partie de leur saison en raison d’une blessure, grave ou moins grave. La saison dernière, par exemple, Dani Alves a manqué la coupe du Monde après une blessure au genou en demi-finale de Coupe de France. Autre nom marquant : Benjamin Mendy. Quelques semaines seulement après son transfert à Manchester City, le latéral gauche est lourdement touché au genou (ligaments croisés) droit et doit subir une intervention chirurgicale dès le mois de septembre. Après avoir lancé une course contre la montre (réussie) pour disputer la Coupe du Monde et devenir champion du Monde, le Mancunien a du repasser sur le billard en ce début novembre après un choc, cette fois à l’autre genou. Les années précédentes, de nombreux joueurs ont vu leur progression être interrompue en raison du même genre de blessure comme Nabil Fekir, el Fenomeno Ronaldo, et tant d’autres…

Et dans cette optique là, les clubs sont impuissants ! Si les soins entre les matchs ont augmenté, tant numériquement que qualitativement, les chocs entre deux joueurs ne peuvent pas être préparés en amont. D’ailleurs, il n’est pas rare de voir les plus grands clubs européens être handicapé par des blessures. Comme expliqué précédemment avec Mendy, Fekir, on peut aussi ajouter Luke Shaw à Manchester United, Jack Wilshere à Arsenal ou encore Aaron Ramsey.

Quels clubs sont les plus impactés par les blessures ?

D’ailleurs, Arsenal est l’équipe la plus handicapée par les blessures, comme le démontre une enquête récente sur le ‘virus Fifa’. En moyenne, un blessé chez les Gunners rate 7,2 matchs par saison. Forcément, la saison étant très longue avec les coupes nationales, la coupe d’Europe et le championnat, les absences combinées offrent un nombre de matchs manqués ahurissant : 67,9 matchs loupés.  Un autre club anglais n’est pas épargné par les blessures : West Ham. Cet autre club situé à Londres doit aussi faire face à de nombreux blessés, qui manquent en moyenne 8,1 matchs par saison. S’il y a un peu moins de matchs de Coupe d’Europe, les absences combinées sont tout de même de 67,4 matchs par saison ! De quoi mettre de gros bâtons dans les roues de l’entraîneur en place.

Du côté de l’Italie, le Milan AC est le plus handicapé par les blessures. Les Rossoneri, qui comptent en leur rang Franck Kessie, ne sont pas aidés par de nombreuses absences, en plus d’un groupe peu nombreux quantitativement. En effet, toujours selon les statistiques de Bwin, Un Milanais blessé manque en moyenne 7,5 matchs par saison. Serie A, Coupe d’Europe, Coupe d’Italie, au final les blessés ont manqué 68,8 matchs dans la saison. Un nombre beaucoup trop haut pour viser haut dans le classement. En France, Saint-Etienne est le moins chanceux avec 6,9 absences par saison, soit 55,8 matchs manqués au total. Côté Allemand, Schalke tire malheureusement son épingle du jeu avec 5,3 absences par joueur, et 63,0 matchs manqués.

Stéphane DATHE

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site sport-ivoire.

 

Commentaires Facebook