Home Société Sida : A Durban, Raymonde Goudou Coffie prend position pour les "...

Sida : A Durban, Raymonde Goudou Coffie prend position pour les " Oubliés de la lutte "

59
SHARE

La ministre ivoirienne de la Santé et de la lutte contre le Sida, Raymond Goudou Coffie a estimé à Durban, en Afrique du Sud, lors de la tenue de la 21 ème Conférence internationale sur le Sida, et au cours d’un panel organisé par l’Onusida qu’ en matière de la lutte contre le sida, il est temps de passer à l’offensive pour une meilleure prise en charge des « laissés pour compte ».

« Il est bon que nous arrêtions maintenant, et que nous passons à l’offensive. Cette offensive pour moi, c’est l’engagement des Etats, c’est la prise en compte de tous ceux que nous appelons, les perdus de vue, c’est la prise en compte de tous les laissés pour compte, pour mille et une raison... », a souhaité la première responsable de la santé.

Il faut dire que cette réaction se justifie au regard du rapport « accablant publié par Médecin sans frontières (Msf) ». Il ressort que « 7 pays, parmi lesquels la Côte d’Ivoire, représentent plus de 50% du poids de la maladie... ». Cela signifie que pendant que le taux de prévalence en Vih baisse ailleurs dans le monde, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale, restent en marge de la lutte contre cette maladie. Si bien que, 3/4 personnes n’ont pas accès aux médicaments, 9/10 enfants n’ont pas accès aux médicaments...Les conséquences sont « énormes ». Il s’agit notamment de l’aggravation de la maladie avec un nombre élevé de morts.

Un panel organisé par l’Onusida avec les pays concernés, à cet effet, s’est penché sur les initiatives et résolutions qui s’imposent. Il a révélé que les gouvernants ont une part de responsabilité, dans les faiblesses remarquées dans la lutte. Mais aussi préconisé dans un délai d’un mois, un plan d’urgence.

Selon un rapport publié en avril 2016 par Msf "des millions de personnes en Afrique occidentale et centrale restent en marge de la lutte mondiale contre le Vih". Faible prévalence du Vih, mais grand nombre de personnes vivant avec le virus, Le manque de services de dépistage du VIH ,Faible couverture de la thérapie antirétrovirale (TAR),Forte mortalité liée au VIH et patients gravement malades, Les femmes et les enfants sont confrontés à des écarts de couverture TAR a, entre autres, révélé la table de matière du rapport , en parlant de ''l'ampleur du problème en Afrique occidentale et centrale" .

La 21ème conférence sur le sida qui a lieu du 18 au 22 juillet à Durban, en Afrique du Sud, a pour objectifs : la prévention encore et toujours et « L’égalité d’accès aux soins ».

Car « malgré l'objectif d'éradiquer le virus d'ici à 2030 prôné par l'Organisation nationale des nations unies (Onu), il continue de faire des ravages. Les zones les plus touchées sont l'Afrique subsaharienne avec 1, 4 million de nouveaux cas en 2014 et la zone Asie-Pacifique avec 340 000 nouvelles infections. Les décès restent encore très nombreux. Il y en a près de 800 000 par an en Afrique subsaharienne et 240 000 en Asie Pacifique ».

Isabelle Somian


Africatime CI