Home Société Lutte contre les violences basées sur le genre : Lancement officiel de...

Lutte contre les violences basées sur le genre : Lancement officiel de la campagne de traitement des fistules obstétricales en Côte d’Ivoire

52
SHARE

Le samedi 23 juillet 2016, a eu lieu, à la préfecture de Man, le lancement de la mise en œuvre du Programme de Soutien du CCDG, à la prise en charge des femmes porteuses de fistule obstétricale.

Etaient présent à cette cérémonie, Madame Grekou née Touré Caroline, Directrice de Cabinet, représentante du Ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, les représentants des Ministres de la Santé et de l’Hygiène Publique, de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Etranger, le Représentant Permanent de la CEDEAO, S.E.M. Babacar Carlos Mbaye , les autorités politiques, administratives, traditionnelles, religieuses , militaires et les associations des femmes, de la région du Tonkpi.

Ce Programme, financé par le Centre de la CEDEAO pour le développement du Genre, s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation et de la lutte contre la fistule obstétricale.

Il vise l’amélioration de la santé des filles et des femmes souffrant de ce mal dans l’espace CEDEAO, par leur prise en charge chirurgicale et psychologique et par la facilitation de leur réinsertion socio-économique. Ainsi, guéries, ces femmes pourront exercer des activités génératrices de revenus qui leur permettront d’être autonomes et retrouver leur dignité.

Chaque minute dans le monde, une femme ou une fille meurt des complications liées à la grossesse ou à la naissance. La situation est préoccupante et des mesures doivent être prises. C’est ce qui justifie la cérémonie de ce jour.

La fistule obstétricale, est une lésion résultant de l’accouchement qui a été relativement négligée. Elle est causée par le travail prolongé et difficile, parfois de plusieurs jours sans intervention obstétricale pratiquée en temps voulu. Cette pathologie qui se manifeste par la perte des urines et ou des selles, est une triste réalité en Côte d’Ivoire. Elle entraine chez ses victimes, des souffrances physiques, psychologiques et sociales indescriptibles. Incommodée à longueur de journée, par les manifestations de la maladie, la porteuse de fistule sans traitement ne peut entreprendre une quelconque activité économique, ni évoluer paisiblement au sein de sa communauté. C’est une maladie très gênante et humiliante.

Le Ministère de la Promotion de la Femme de la Famille et de la Protection de l’Enfant, pour cette première année de la mise en œuvre de ce projet est accompagné par les ONG GFM3, ONEF et ODAFEM. Ces acteurs intervenant dans la lutte contre cette maladie en Côte d’Ivoire, ont effectué un déplacement à la Préfecture de Man, afin de renforcer la synergie et la complémentarité des partenaires dans la lutte contre la fistule obstétricale. Selon eux, l’évènement est une occasion importante pour sensibiliser la population, sur une infection mal connue.

Par ailleurs, les différents intervenants, ont insisté sur le fait que toutes les forces doivent être réunies pour contribuer à l’éradication de cette maladie qui transforme un événement heureux et mémorable qu’est la maternité en un drame, une honte et une humiliation pour ces femmes victimes.

Le Représentant Permanent de la CEDEAO, dans son discours, a déploré le fait que la victime soit souvent abandonnée ou délaissée par son mari, sa famille et sa communauté. Il a félicité la Côte d’Ivoire à travers le Ministère de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, pour le travail qui est fait, en faveur de la lutte contre cette maladie. Il a réitéré le soutien de la CEDEAO, partenaire financier, à accompagner la Côte d’Ivoire dans la lutte, pour l’élimination définitive de la maladie, à travers la mise en place du « programme de soutien médical et financier pour la prise en charge des femmes et des filles souffrant de fistule dans les Etats membres de la CEDEAO ».

La représentante de la ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de la Protection de l’Enfant, Madame Euphrasie Kouassi Yao, a indiqué que madame la ministre salue cette grande initiative de la CEDEAO. Elle a informé les populations que ce programme est en faveur de toutes les femmes, toutes les familles et toutes les communautés, pourvu que les cas de fistule ne restent pas cachés dans nos villages et nos quartiers. Elle a au nom de madame la ministre remercié la CEDEAO pour son appui inestimable et son engagement sans faille pour la cause des femmes victimes de fistule. Elle a salué les organisations régionales et sous régionales, ainsi que le système des Nations Unies, pour les nombreuses actions réalisées et les résultats obtenus dans le cadre de la lutte contre ce fléau. Elle a par la suite remercié les Ministères techniques, les autorités administratives, politiques, traditionnelles et religieuses pour leur appui dans cette campagne de sensibilisation. Elle a procédé à la remise symbolique de Kits post-opératoires aux représentants des bénéficiaires.

« Ensemble, agissons maintenant contre les causes des fistules obstétricales et aidons les femmes qui en souffrent car le moment est favorable et ce moment c’est maintenant ». C’est par ces propos que Madame la Directrice de Cabinet, représentant Madame la ministre, a officiellement lancé le programme de soutien à la prise en charge des femmes porteuses de fistule obstétricale de la CEDEAO en Côte d’Ivoire.

abidjan.net