Home Société La plateforme de la société appelle à éviter le convoyage massif des...

La plateforme de la société appelle à éviter le convoyage massif des électeurs d’une localité à une autre car source de violences (Déclaration)

104
SHARE

La POECI comme par le passé, utilise une méthode d’observation systématique en s’appuyant sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour observer l’opération de révision de la liste électorale 2015 conduite par la Commission Electorale Indépendante CEI. Ainsi, 131 coordonnateurs/coordonnatrices départementaux sont déployés dans toutes les sous-préfectures et mairies où la CEI a installé des centres de recensement, et remontent les données recueillies en temps réel à une plateforme technologique basée à Abidjan. Au cours de cette troisième semaine d’observation, la POECI a reçu 393 rapports attendus.
La POECI voudrait exprimer ses encouragements à la CEI pour la disponibilité du matériel et des équipes nécessaires à l’enrôlement des électeurs et électrices.
Au cours de cette troisième semaine la POECI voudrait attirer l’attention de la Commission Electorale indépendante et des partis politiques sur le convoyage des électeurs notamment au Plateau, à Oume, à Fresco, Treichville, Bangolo et Bongouanou. En effet, selon le code électoral, pour s’inscrire dans un bureau de vote dans une localité, il faut suffit d’avoir des intérêts économiques ou sociaux dans ladite localité. Le convoyage massif des d’électeurs ou électrices d’une ville ou commune à une autre peut fausser les rapports de force entre candidats à une élection et constituer des sources de violences. C’est le cas de la violence constatée dans la commune de Treichville qui a engendré la délocalisation du centre EPP avenue 2 Biafra le dimanche 10 juillet 2016. En plus d’avoir reçu des rapports des observateurs et observatrices qui ont témoigné personnellement des actes de convoyage probable il faut signaler que dans les centres de recensement auprès desquels la POECI a observé depuis le début du processus que au Plateau en moyenne 124 personnes se sont rendues par jour par rapport à la moyenne nationale qui est de 10 personnes qui se rendent aux centres par jour.
La POECI constate une faible participation des populations à la révision de la liste électorale de 2015 dans les départements de Facobly, Katiola, Sakassou, Transua, Kong, Koun-Fao, Tiapoum, Djekanou et Jacqueville avec en moyenne 1 ou 2 personnes par jour qui se sont rendues dans les centres de recensement dans ces départements auprès desquels la POECI a observé au cours des semaines précédentes. Ce chiffre est relatif au taux d’affluence journalier sur le plan national d’une moyenne de 10 personnes qui se sont rendues dans tous les centres de recensement auprès desquels la POECI a observé depuis le début du processus. La POECI encourage l’intensification de la sensibilisation dans ces différents départements.
La POECI se réjouit du démarrage de l’établissement des cartes nationale d’Identité toutefois, elle attire l’attention de l’ONI sur l’insuffisance de quittance devant servir à l’établissement des CNI dans la commune de Koumassi.
Au terme de cette troisième semaine, la POECI fait les recommandations suivantes :
A la CEI
• Suivre de près le convoyage des électeurs qui pourrait être source de violence pendant l’enrôlement et surtout pendant le déroulement des élections
• Intensifier l’information et la sensibilisation dans les zones à faible participation des populations en vue de permettre à ces populations de participer pleinement au processus de révision
A l’ONI
• Fournir le matériel nécessaire aux agents (quittance d’identification) en vue de faciliter l’établissement des cartes nationales d’identité
Aux partis politiques
• Eviter le convoyage des électeurs d’une localité à une autre
• Sensibiliser les populations à la révision de la liste électorale

La POECI invite la CEI à donner plus de moyens aux organisations de la société civile afin d’accentuer les activités de sensibilisation sur la révision de la liste électorale.
Enfin la POECI invite les populations ivoiriennes en âge de voter et particulièrement les femmes à aller se faire enrôler massivement afin de participer au référendum et aux prochaines élections législatives.
Pour la troisième semaine d’observation, la POECI a recueilli les données suivantes :
o Sur l’ensemble du processus, la POECI a constaté que les 97% des centres observés à travers le pays étaient ouverts et fonctionnels avant 10H;

o Dans ces centres, les formulaires papiers étaient disponibles dans 100% des bureaux observés et dans 99% de ces bureaux, le kit était présent et fonctionnel durant toute la journée ;

o Les observateurs et observatrices estiment que 98% des centres observés et ouverts durant cette semaine sont faciles à retrouver et que 95% des centres observés sont accessibles aux personnes en situation de handicap ;

o Selon les informations recueillies auprès des 130 centres ouverts et observés le 16 juillet 2016, il y avait en moyenne 150 personnes qui se sont inscrites depuis le début du processus dont 59 femmes ;

o Des représentants ou représentantes des partis politiques n’étaient présents que dans 3% des centres observés et ouverts ;

o Au cours de troisième semaine d’observation, la POECI a reçu 24 incidents critiques :

• Violences physiques ont été commises à Treichville dans le centre Avenue 2 Epp Biafra suite à un convoyage d’électeurs le dimanche 10 juillet 2016. La commission locale a délocalisé ce centre dans les locaux de médiathèque.

• 2 cas de non-respect des procédures de recensement notamment à Oume et Bangolo. Dans le departement de Bangolo, il s’agit du déplacement des agents de recensements des locaux de la sous-préfecture de ZEO pour le village de DJEOU ZIBIAO suite à un convoyage des électeurs par un leader politique dudit village.

• 15 centres non ouverts en raison de jour de repos des agents de la CEI dans les localités de Sandougou, Sipilou, Biankouma, Dabakala, Koro, Kongasso, Worofla, Kouassi Datekro, Touleupleu, Biankouma, Man, Bangolo, Kong, Tehini et Dimbokro (Nofou)

• 4 centres délocalisés c’est-à-dire que les centres pour diverses raisons ont été ouverts dans d’autres lieux que ceux prévus dans les localités de Songon (centre publique Honorekro), Abobo (Epp Sagbé1, GS Sainte Foi) et Samatiguila (Kimbirla Sud).

• Un cas de mauvais fonctionnement du kit technologique à Yopougon dans le centre locaux Mairie entre 8H00 et 10H00 entrainant du retard dans le recensement des requérants.
Pour sa part, la POECI, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers continuera son travail de veille citoyenne et d’observation du processus électoral en vue de renforcer les acquis démocratiques et améliorer la gouvernance du pays.

abidjan.net