Home Société Grogne : ‘’l’alternative pour mettre fin à la colère du peuple est...

Grogne : ‘’l’alternative pour mettre fin à la colère du peuple est une réaction vigoureuse du gouvernement’’ (Mamadou Soro)

56
SHARE

Le Secrétaire général de la Centrale syndicale Humanisme, Mamadou Soro a estimé, vendredi, à Abidjan qu’il ‘’n’y a pas d’autres alternatives susceptibles de mettre fin à la colère et à l’indignation du peuple’’ qu’une ‘’réaction vigoureuse’’ du gouvernement pour ‘’contraindre’’ la Compagnie ivoirienne de l’électricité (CIE) à faire droit à la décision du Chef de l’Etat, Alassane Ouattara qui est de ‘’revenir à la tarification de juillet 2015’’.

‘’Ce qui provoque ce courroux des ivoiriens, ce n’est nullement l’émission de deux factures dans le même mois. Il est plutôt question du refus d’obtempérer de la CIE, à l’injonction du Président de la République, de revenir à la tarification d’avant janvier 2016’’, a souligné M. Soro au cours d’une conférence de presse.

En effet, a-t-il expliqué, ‘’au lieu et place de respecter l’injection du Président de la République, en respectant sa décision de revenir au tarif de juillet 2015, la CIE, en véritable escroc, continue ses augmentations vertigineuses’’.

Pour lui, l’objectif est d’ ‘’asphyxier le peuple’’ , car, ‘’sans rechigner, la CIE fait passer le tarif unitaire HT du Kwh de 63,17 à 66,96 pour certains et pour d’autres de 78,46% à 86,31%, soit une augmentation de 3 à FCFA en plus par Kwh’’.

Selon la Centrale syndicale humanisme, ‘’il n’y a pas d’autres alternatives susceptibles de mettre fin à la colère et à l’indignation du peuple qu’une réaction vigoureuse du gouvernement pour contraindre la CIE à faire droit à la décision du Président de la République.

Pour nous, l’Etat doit avec la CIE revoir de façon conséquente, la texture des prix du Kwh et de toutes les taxes et primes qui gonflent exagérément les factures’’, a conclu Mamadou Soro.

L’émission de deux factures dans le même mois a suscité le mécontentement des abonnés de la CIE qui dénoncent une augmentation des tarifs. Ce mécontentement a été violemment exprimé, vendredi, à Bouaké dans le Centre-Nord du pays où une personne est décédée dans des affrontements avec des forces de l’ordre.

Auparavant, ce sont les abonnés de la ville de Daloa (Centre-Ouest) et de la capitale politique et administrative, Yamoussoukro (Centre) qui se sont exprimés violemment.


Africatime CI