Home Société Côte d’Ivoire : Vol de cacao à Sassandra, trois personnes en attente...

Côte d’Ivoire : Vol de cacao à Sassandra, trois personnes en attente de jugement

Entrée de la MACS (ph KOACI)

-Vendredi 19 Avril 2019 – La famille de S.S, détenu comme deux de ses collègues à la maison d’arrêt et de correction de Sassandra, pour complicité de vol de plusieurs sacs de cacao dans un magasin du port de San-Pédro, reste à ce jour, dans la confusion et l’étonnement total. 

Les faits qui, selon S.L, père de S.S, remontent du 05 au 06 Janvier dernier dans un des magasins de stockage de la société SIFCA ADM cacao de San-Pédro. 
« Ces deux jours, ils n’ont pas travaillé. Le 07 Avril, ils vont au travail et il se trouve que la serrure du magasin a été cassée (…) Le vigile commis à la surveillance du site a pris la poudre d’escampette.
 Lorsqu’ils y sont entrés, grande furent leur étonnement face au désordre occasionné dans le magasin. Là, après le décompte, ils se sont rendus compte que près de 600 sacs, remplis de cacao ont disparu. La gendarmerie et le procureur que ma femme a rencontré, d’après eux, mènent des enquêtes qui jusqu’à ce jour n’ont pas encore abouti.» confie à KOACI, S.L, père du détenu S.S. 
Sans succès, nous avons tenté d’avoir des explications du procureur sur cette affaire. « J’ai souhaité intervenir à travers , pour que la lumière, et surtout que justice soit faite sur cette incarcération à double vitesse, que nous trouvons injuste. Cela me surprend car je suis allé rendre visite à mon fils il y a deux jours de cela, il me fait savoir que l’un d’entre eux, puisqu’ils étaient trois enfermés pour cette même affaire, a été libéré. 
Ça m’étonne car les autorités judiciaires, nous ont dit qu’elles vont mener une enquête pour établir les faits et jusque là, pas de résultat, ni de jugement pourtant on met en liberté l’un d’entre eux hors, mon fils et un autre sont toujours enfermés dans une cellule.
 Ce n’est pas normal étant donné que le jour du vol, il n’était pas au travail. Je souhaite que le procureur se tourne sérieusement sur ce dossier.» ajoute S.L. L’enquête, toujours étant en cours et moyennant la somme de 50 000 fcfa comme loyer, S.S, aux dires de son géniteur, bénéficirait d’une cellule avec des commodités, tout en souhaitant la mise en liberté de sa progéniture pour mettre fin à cette situation. 

T.K.Emile

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook