Home Société Côte d’Ivoire: Un fou meurt en pleine prière de delivrance, 04 chrétiens...

Côte d’Ivoire: Un fou meurt en pleine prière de delivrance, 04 chrétiens arrêtés

– Samedi 18 Août 2018 – Depuis mercredi, 04 hommes de Dieu de l’église évangélique Bethléem située au quartier camp militaire de Yopougon à Abidjan, siègent derrière les barreaux de la police criminelle, pour homicide sur un homme atteint de trouble mental.

Au vue des faits, c’est le procureur du tribunal de 1ère instance de Yopougon qui a ordonné l’arrestation d’au moins 04 fidèles d’une église évangélique de la confession des christianistes célestes.

Les faits en effet, le mardi 14 août un groupe d’intercession de cette communauté est consulté pour la prise en charge spirituelle d’un jeune homme atteint de trouble mental. Ses agissements et ses paroles n’étant plus harmonieusement coordonnés et, donc inquiétants pour les siens accordant à cela un caractère mystique. Le groupe prend alors des dispositions, à en croire les constatations de la police, assez vigoureuses pour immobiliser le malade, avant d’entamer un long et intense moment d’exorcisme. À cette séance, sont associés des coups de fouet fait en rameaux également, nul doute pour faire pression sur les mauvais esprits qui pourraient hanter l’individu.

Mais à la fin, et au grand dam des exorciseurs, c’est plutôt l’âme de la victime qui est libérée de son corps. Le dément ne fait plus signe de vie. Couché net inanimé. Ils constatent avec grande stupéfaction sa mort.

Aussitôt la police du 19ème arrondissement saisie des faits, relève des lacérations complètes à grands coups de fouet sur toutes les parties de la victime âgées d’une trentaine d’années.

Dans la suite d’une enquête ouverte, et sur injonction du procureur, l’on procède donc à l’arrestation des auteurs de l’exorcisme manqué. Ils siègent en ce moment derrière les barreaux dans l’attente d’un procès pour homicide quoique involontaire.

En Côte d’Ivoire, il arrive régulièrement à des malades de perdre la vie par négligence, la plupart attribuant leur pathologie à des sortilèges.

Adriel, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook