Home Société Côte d’Ivoire : Réflexion sur les heures complémentaires à l’origine des crises...

Côte d’Ivoire : Réflexion sur les heures complémentaires à l’origine des crises récurrentes dans les universités publiques

Marche des enseignants à Cocody en février dernier

– Vendredi 15 Mars 2019-Les heures complémentaires sont à l’origine des crises récurrentes dans les universités publiques du pays.

La dernière grève des enseignants qui a abouti à l’arrestation de deux membres de CNEC en est une illustration parfaite.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Albert Mabri Toikeusse a décidé de prendre ce problème à bras le corps afin de mettre fin aux crises universitaires.

A cet effet, la tutelle organise depuis jeudi un atelier de réflexion sur l’une des principales revendications des syndicats d’enseignants du supérieur public, la question du paiement des heures complémentaires et d’encadrement aux enseignants-chercheurs et chercheurs.
Selon le ministre, il s’agit de s’accorder sur les taux horaires des heures complémentaires. Mais aussi de ceux des indemnités d’encadrement ; ainsi que des taux de décharges horaires liées aux responsabilités.

Trois commissions vont plancher sur différents points : la maîtrise des effectifs des étudiants, le taux des heures complémentaires et les indemnités d’encadrement et de décharge horaire.

Les résultats de ces réflexions seront consignés dans un projet de décret dont les arrêtés d’application devront permettre l’instauration d’un environnement apaisé sur les campus universitaires, préalable à l’amélioration de la qualité de la formation dans les universités et grandes écoles, a-t-on appris.

Pour rappel, les obligations de service et les taux de rémunération des heures de vacation des enseignants-chercheurs, en fonction de leurs grades, sont régis par deux décrets de juin 1976.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook