Home Société Côte d’Ivoire: Quand les écoliers sont exposés sur les réseaux dans l’impunité

Côte d’Ivoire: Quand les écoliers sont exposés sur les réseaux dans l’impunité

103

–  Mardi 17 avril 2018 – Depuis un moment, un nouveau phénomène met à mal la fonction d’enseignant dans le système éducatif scolaire. Celui d’exposer via internet les lacunes des tout petits en plein apprentissage.

L’humour, le buzz, et les clics restent les objectifs de ces adeptes, au constat à n’en point douter dépourvus de sens. De nos jours, il est devenu courant de voir des vidéos d’écoliers en pleine difficulté d’apprentissage, pulluler la toile. Dans certaines, on peut voir l’élève apeuré produire une réponse absurde qui fait exploser de rire l’instituteur, quand dans d’autres l’élève est forcé à chanter une mélopée, lequel se débat dans un langage incompréhensif, juste pour l’humour du web..

Le phénomène décrit autant la façon dont l’enseignant interagit de nos jours avec ses élèves, qu’il qui constitue une indication claire à son adhésion ou pas à certaines valeurs.

Une subséquence inéluctable alors, est non seulement l’indignation des internautes, mais également la fureur des parents.
 » On ne peut pas se permettre ce gens d’acte, quand on est instituteur. Dans ce cas où est la protection de l’enfant à l’école dans tout ça ? » s’interrogent pour dénoncer ces failles, certains internautes excédés.

« Sans la permission des parents, les enfants sont exposés sur le net par leurs enseignants.. Pire sans même que personne ne bouge le petit doigt. Que s’est inimaginable dans un pays de droit, où on veut arrêter et condamner les internautes « . S’indignent également des parents d’élèves.

Avec les tout petits, la difficulté d’apprentissage se révèle lorsqu’ils sont confrontés à une tâche de recherche ou découverte. L’important alors est moins le résultat qu’ils produisent, que les procédés qu’ils convoquent pour y parvenir. Ce qui leur vaut toute l’attention et les encouragements des apprenants.

Depuis la multiplication de tels pratiques, aucun instituteur n’a encore été interpellé par les autorités de tutelle. Alors ils s’en a donnent toujours à cœur, surtout avec l’avènement des smartphones facilement accessibles pour se selfier pendant les heures de cours.

Adriel, Abidjan 

Vous êtes abonnés Orange en Côte d’Ivoire, recevez les infos exclusives de en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site . Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.

 

Commentaires Facebook