Home Société Côte d’Ivoire: Les enseignants-chercheurs menacent, «Si le gouvernement continue de nous mépriser...

Côte d’Ivoire: Les enseignants-chercheurs menacent, «Si le gouvernement continue de nous mépriser jusqu’au 21 mai, nous observerons un arrêt de travail»

233

Dr N’Guessan SG CNEC (Ph )-

– Lundi 14 Mai 2018 -Les universités publiques ivoiriennes seront en ébullition dans les jours à venir avec une grève annoncée par les enseignants et chercheurs.

Ce derniers menacent d’observer un arrêt de travail de quatre jours, si le gouvernement continu de les mépriser.

Depuis le mois de décembre 2017 et à ce jour, ils ont adressé trois courriers à la Primature, afin d’avoir un cadre d’un échange avec les autorités pour la revalorisation de leurs indemnités de logements qui datent de depuis 1980.

Fixée à 70.000 FCFA, ce taux est jugé faible aujourd’hui non seulement au regard du prix des loyers actuels mais et surtout au cours des enseignants –chercheurs, qui est un corps d’élite, de plus hauts cadres de la nation.

Le bureau exécutif de la Coordination Nationale des Enseignants-Chercheurs (CNEC) , par le voix de son secrétaire général , Dr N’Guessan Kouamé , souhaite que les indemnités de logements passent à 350.000 FCFA comme c’est le cas depuis avril dernier au Sénégal.

« Avec un budget de plus six mille milliards de FCFA, une production de gaz qui a doublé en 2017, un taux de croissance qui avoisine les deux chiffres, et un niveau de vie insupportable pour l’ensemble des enseignants et chercheurs, on ne peut accepter d’être à la traîne des collèges de la sous –région », a –t-il justifié.

En plus de la revalorisation de leurs indemnités de logements, les enseignants et chercheurs recommandent des appels à candidatures à la tête des institutions universitaires ; Des élections démocratiques pour présider UFR, des départements, des sous-directions des chefs de section.

« Si le gouvernement continue de nous mépriser jusqu’au 21 mai prochain, nous observerons un arrêt de travail de quatre jours, à compter du 22 mai. Si rien n’est fait par la suite nous aviserons et nous ne serons pas responsables de ce qui adviendra », ont-ils menacé.

Donatien Kautcha, Abidjan



Vous êtes abonnés Orange en Côte d’Ivoire, recevez les infos exclusives de en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site . Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.

 

Commentaires Facebook