Home Société Côte d’Ivoire : Gbêkê-Hambol, une plateforme régionale des leaders d’opinion mise en...

Côte d’Ivoire : Gbêkê-Hambol, une plateforme régionale des leaders d’opinion mise en place par le programme national de cohésion sociale

Mercredi à Bouaké (ph KOACI)
– Jeudi 06 Novembre 2018 – Le ministère de la Solidarité,de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté (MSCSLP) a, à travers le programme national de Cohésion Sociale (PNCS) organisé durant trois jours comme constaté sur place par , un atelier qui vise à impliquer les leaders d’opinion ses régions du Gbêkê et Hambol, dans la promotion de la paix et la création d’un environnement local électoral apaisé.

Au cours des échanges,les émissaires du MSCSLP/PNCS, avec l’appui de l’UNFPA, ont sensibilisé les 44 participants venus des départements de Bouaké, Béoumi, Sakassou, Botro, Katiola, Dabakala et Niakara, répartis sur différentes catégories à la prise de conscience de leurs devoirs envers la société,les institutions et les organes de l’État; mettre les leaders d’opinion face à leurs responsabilités dans la création d’un climat électoral apaisé et dans la consolidation de la paix; promouvoir un cadre permanent d’échange apaisé population-police-armée pour une meilleure gestion des biens et des personnes et pour conclure, élaborer une matrice régionale de besoins,de recommandations et de responsabilités en matière de consolidation de la paix.

Côte d'Ivoire : Gbêkê-Hambol, une plateforme régionale des leaders d'opinion mise en place par le programme national de cohésion sociale

Pendant déroulement de l’atelier pour la réalisation des objectifs,le MSCSLP/PNCS a mis en place une équipe pour encadrer les ateliers et renforcer les capacités techniques des acteurs locaux.

Ces ateliers ont été séquencés en quatre phases; le développement des capacités,la mise en place de groupes de réflexions,la présentation des résultats des travaux des groupes de réflexion en plénière et la présentation des recommandations et d’une matrice de responsabilités pour l’opérationnalisation des recommandations en plénière suivie de la validation.

«Il existe des conflits latents de sources variées dans la quasi totalité de nos localités.C’est dans le cadre de la prévention et la gestion passive de ces conflits,que madame la ministre de la solidarité,de la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté,nous a instruit pour venir entretenir les leaders d’opinion des régions du Gbêkê et du Hambol,autour d’un certain nombre de thématiques bien précise.Nous avons mis ces leaders face à leurs responsabilités dans la consolidation de la paix,et également promouvoir un cadre permanent d’échange apaisé population-police-armée pour une meilleure gestion des biens et la protection des personnes.Il fallait avoir une matrice des besoins des deux régions et de responsabilités dans le cadre de la cohésion sociale et surtout répertorier les conflits latents qui sont dans la localité pour pouvoir l’amener au niveau de la ministre. C’est elle qui a la dernière décision et pourra orienter les services appropriés dans l’accompagnement des leaders d’opinion,mais aussi la population dans la gestion apaisée de ces conflits. » informe le conférencier N’Da Yao Ristide, chef de service au programme national de la cohésion sociale.

À l’issue de cet atelier,les recommandations obtenues ont été le renforcement de la sensibilisation au civisme et à la citoyenneté; impliquer davantage les familles,les leaders religieux,les organisations de jeunesse et les acteurs du système éducatif dans la lutte contre l’incivisme; stabiliser et adapter les programmes scolaires pour une meilleure reconstruction des mentalités; renforcer l’éducation au civisme et à la citoyenneté dans les programmes de formation scolaire; interdire l’utilisation du téléphone à l’école par les élèves; poursuivre le processus de réconciliation nationale; assurer une application effective des lois et des textes réglementaires en vigueur; sanctionner les actes d’incivisme; s’approprier les valeurs de solidarité,de paix et de cohésion sociale et les inculquer aux enfants; intégrer dans les médias,des programmes de valorisation des leaders d’opinion dans une perspective d’inculquer des valeurs de paix et de cohésion sociale aux enfants et aux jeunes; impliquer davantage les femmes dans la prévention et la gestion pacifique des conflits et pour terminer,renforcer la lutte contre l’orpaillage clandestin.

Pour le participant Ouattara Kifory Inza,délégué départemental du conseil national des jeunes de Côte d’Ivoire (Cnjci-Bouaké),à travers cet atelier,<>

T.K.Emile‘est>

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook