Home Société Côte d’Ivoire : En travail au CHU de Cocody, une femme perd...

Côte d’Ivoire : En travail au CHU de Cocody, une femme perd son bébé dans son ventre, son frère dénonce la négligence du personnel

223

La victime et le personnel soignant (ph KOACI)
– Samedi 22 septembre 2018 – 24 heures d’enfer qu’elle aura passé au centre hospitalier et universitaire (CHU) de Cocody.

Vanessa N’Guessan, jeune fille de 26 ans, en travail a été conduit hier vendredi 21 septembre au CHU de Cocody par ses frères.

Étant à son premier accouchement, la jeune fille va désespérément attendre dans les couloirs du CHU pour manque de salle d’accouchement, précise ses frères. Elle sera ensuite admise dans une salle d’accouchement.
Bobby Hooper, le frère de la jeune fille rapporte à KOACI que lorsqu’ils sont arrivés avec leur soeur hier vendredi aux environs de 14H au CHU de Cocody, le personnel de l’hôpital était indifférent au cas de leur sœur. Aux environs de 23H cette dernière va perdre son enfant dans son ventre. Et ce samedi matin que l’enfant va sortir mort-né du ventre de la jeune Vanessa N’Guessan comme leur a rapporté le médecin.

Une situation que dénonce vigoureusement Bobby, l’un des frères de la jeune fille. Pour lui face à la négligence du personnel du CHU et à leur indifférence, il voulait conduire sa sœur en clinique. Ce que le personnel hospitalier va refuser.

« C’est donc de leur faute si elle a perdu son enfant dans son ventre et je compte les poursuivre », dénonce-t-il.

Le frère de la jeune fille rapporte à KOACI ce qui s’est passé

« Ma petite sœur est arrivée hier vendredi vers 14 heures au CHU de Cocody. Je disais que la tête du bébé était légèrement sorti et les gens ne voulaient pas s’occuper d’elle. Je voulais dénoncer la négligence dans nos hôpitaux car la scène que j’ai vécue m’a complètement révolté. De quoi parle l’auteur?
Ma soeur est à terme et séance tenante nous nous sommes dirigés dans une clinique du quartier. Étant là-bas elle a essayé, elle a poussé jusqu’à l’enfant ne venait pas donc du coup les docteurs de là-bas nous ont référé le CHU de Cocody. Et dans le carnet il était mentionné qu’elle devrait subir une intervention par césarienne. On se dirige au CHU de Cocody comme prévu. Une fois là-bas elle fût admise en salle d’accouchement et soudainement les ordonnances ont commencé à pleuvoir sur nous. Sans compter quelques examens. On a tout payé. Étant en salle d’accouchement les sages femmes lui ont dit de pousser. Pour rappel lorsqu’elle était parti dans la clinique à force de pousser elle était un peu épuisé, fatigué . Une fois au CHU les sages-femmes lui ont dit de pousser. Entre-temps la tête du bébé était légèrement sortie. Elle a poussé jusqu’à ce qu’elle soit fatiguée. Il était déjà 16h. Ma seconde soeur faisait des allers-retours de la salle d’accouchement au hall et elle ne cessait de nous dire qu’elle est fatiguée et qu’elle ne peut plus.

Séance tenante on est allé voir le docteur si on ne pouvait pas faire une césarienne pour extraire l’enfant vu que sa tête était légèrement sorti, pour qu’il ne s’étouffe pas. Ils ont refusé. Certaines sages-femmes femmes même se plaisaient à dire « elle refuse de pousser » et riaient parfois lorsque je leur demandais comment évoluait la situation à l’intérieur. À force d’avoir insisté qu’elle subisse une césarienne, le médecin m’a dit que le bloc est saturé et je lui ai dit dans ce cas libérez-nous on va aller dans une clinique ou au HMA. Et sur le champ j’ai appelé un ami pour avoir une idée du coût par césarienne au HMA . Étant dans le hall d’attente, je vois ma soeur, la concernée sortir de la salle d’accouchement avec son sérum en main on lui demande elle nous dit qu’on lui a dit de se lever surtout que pour elle tardait. Je suis allé voir en même temps ce qui se passait. Et là-bas je me renseigne auprès d’une sage-femme qui me dit que il y’a des cas plus pressants et surtout que depuis elle n’accouchait pas. Elle est venue s’asseoir sur une chaise et quelque temps après elle fût ramenée à la salle d’accouchement mais entre-temps on plaidait pour qu’on nous libère mais jusque-là ils refusaient.

Après ça, il y’a eu une deuxième équipe qui était monté pour la garde du soir. Je suis allé à plusieurs reprises pour qu’on nous libère mais zéro pointé et là j’avais commencé à perdre le nord. On était en ce moment vers 22 h. On refuse de faire une césarienne pour extraire l’enfant on refuse de nous libérer. Quelque temps après le responsable des lieux vient nous dire que notre soeur a perdu son bébé. On dit au médecin on fait quoi maintenant ! On fait une césarienne pour extraire le bébé ou quoi, il nous dit d’attendre même si ça doit faire deux jours elle doit accoucher pour évacuer son bébé. Et ce qui me fait mal la victime est encore au CHU avec son bébé mort dans son ventre. Elle n’a pas été césarisé on attend qu’elle accouche par voie basse pour faire sortir le bébé. Doit-on attendre d’abord que cela arrive à une famille de bosse avant de réagir et avoir un droit de regard de ce qui se passe dans nos hôpitaux ? Quelle cruauté! Jugez en vous-même. C’est simplement méchant », détaille Bobby.

Jean Chrésus pour

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook