Home Société Côte d’Ivoire: Depuis Bondoukou, le DG des douanes menace ses agents qui...

Côte d’Ivoire: Depuis Bondoukou, le DG des douanes menace ses agents qui facilitent la fuite de l’anacarde

321

Da Pierre Alphonse jeudi à Bondoukou

Côte d'Ivoire: Depuis Bondoukou, le DG des douanes menace ses agents qui facilitent la fuite de l'anacarde

– Lundi 19 mars 2018 – Le Directeur Général des Douanes, le Colonel Major Da Pierre Alphonse a eu une rencontre jeudi dernier avec les acteurs de la filière de la noix de cajou à la salle de presse de la Préfecture de Bondoukou en vue de les sensibiliser sur la lutte contre la fuite de la noix de cajou.

Il les a également invité à lutter contre l’évasion des produits d’exportation vers les pays limitrophes.

Le Directeur Général des Douanes a souhaité que ses agents fassent correctement le travail pour lequel l’Etat les a engagé, celui de la protection de l’économie et a appelé à la conjugaison des efforts de tous pour endiguer le phénomène.

«Nous devons conjuguer nos efforts pour lutter contre le fléau. Nous devons impérativement trouver les solutions pour contenir cette traversée frauduleuse et son impact négatif sur notre économie,» a déclaré le Colonel Major.

Lors des échanges, les intervenants ont ouvertement mis en cause les Forces de l’Ordre et de Sécurité, notamment les douaniers qui facilitent la sortie des produits.

« On ne peut pas laisser sortir le produit et venir se plaindre aux paysans à qui un acheteur propose un meilleur prix sur le sol ivoirien, » ont-ils martelé.

En réponse aux préoccupations des intervenants, le Directeur Général des Douanes a mis en garde les douaniers.

« Tout agent des Douanes qui se rendra coupable de corruption sera traduit en conseil de discipline et sanctionné. L’enjeu est trop important pour qu’on se permette de caresser des gens dans le sens du poil. Ce n’est plus possible. Il nous revient de faire en sorte de freiner ce phénomène. C’est notre mission.», a-t-il prevenu sur un ton très amer.

Les producteurs ont salué l’initiative du DG en promettant apporter leur soutien à l’action de l’Etat.

«Avec quoi l’Etat de Côte d’Ivoire va construire l’Université de Bondoukou si nous continuons de vendre notre anacarde au Ghana ? » s’est interrogé Gbané Soumaila, planteur à Bondoukou.

Présent à cette importante rencontre, le Directeur Général du Conseil Coton- Anacarde, Docteur Adama Coulibaly, a interpellé les populations sur les dangers de ce fléau auquel elles s’adonnent.

Selon les statistiques, la région du Gontougo est passée de la première région productrice de l’anacarde avec 136.000 tonnes en 2014 à la 4ème région au plan national en 2017 avec une production de 71.000 tonnes.

«Cette mission vise à sécuriser nos productions agricoles. La fuite de la noix de cajou vers le Ghana est une grosse perte pour la région en ce sens qu’au plan industriel, nos partenaires refusent d’installer des usines d’anacarde ici, car à long terme ils craignent de ne pas avoir suffisamment de matière première. Or les plateformes
d’investissement de Korhogo, Bouaké et Séguéla sont très avancées. Cela pose également un problème de recette au niveau de l’Etat, » s’est-il indigné.

Le Directeur du Conseil coton-anacarde a engagé les membres du comité d’éveil à passer à la phase de répression car ce phénomène est de l’incivisme.

«Tout produit saisi doit être systématiquement vendu avec une clé de répartition à ceux qui ont permis la saisie de cette production, » a-t-il conclu.

Le Préfet de Région et Préfet du Département de Sandégué, M. N’Guessan Konan, a invité tous les acteurs de la filière anacarde de la région à conjuguer leurs efforts pour relever le défi et a interpellé les Chefs de village à s’engager véritablement dans la lutte contre ce fléau.

Au terme de cette rencontre, le Directeur Général des Douanes a remis aux agents des Douanes, 03 véhicules de type 4 x 4 et 12 motos pour leur permettre d’être efficace sur le terrain.

Wassimagnon, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site . Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.

 

Commentaires Facebook