Home Société Côte d’Ivoire : Crise à l’université de Cocody, 11 autres enseignants annoncés...

Côte d’Ivoire : Crise à l’université de Cocody, 11 autres enseignants annoncés devant le conseil de discipline, Abou Karamoko sur un siège éjectable ?

Karamoko-

– Mercredi 06 Février 2019 –La crise qui secoue l’université Félix Houphouët Boigny de Cocody relative à une grève d’un an des enseignants – chercheurs suite à la sanction de huit de leurs camarades est loin de prendre fin.

La frange de la Coordination Nationale des Enseignants -Chercheurs (CNEC) de Johnson Zamina Kouassi qui a lancé le mot d’ordre d’arrêt de travail , a le soutien du Collectif des Enseignants-Chercheurs (CODEC) et du Syndicat Libre des Enseignants-Chercheurs (SYLEC).

Les deux syndicats réagissant à la mise en garde de Abou Karamoko relayée sur , accusent ce dernier d’être à l’origine de la crise qui secoue la plus grande université du pays, et certaines des autres localités du pays.

Nous apprenons par le CODEC que, 11 autres enseignants seront traduits en Conseil de discipline le vendredi 15 février prochain.

Pour le CODEC, cela ne contribuerait qu’à jeter de l’huile sur le feu dans un contexte déjà explosif. Il en appelle à la responsabilité de tous les membres du Conseil d’université pour ces décisions sans précédent dans l’histoire de nos universités.

« Le CODEC invite les collègues de la CNEC à ne pas céder à la provocation », indique le Porte-parole Dr YEO Kanabein Oumar, avant d’accuser. « Sans aucun doute, toutes ces sanctions disciplinaires à l’égard de nos collègues, toutes les manœuvres d’intimidation à l’encontre de certains membres du CODEC participent de la volonté de l’équipe dirigeante d’étouffer toute contestation et toute liberté d’expression afin de faire passer des reformes suicidaires pour le système d’enseignement supérieur. »

Enfin, le CODEC juge ces agissements indignes d’un dirigeant d’une institution aussi importante que l’Université FHB.

« Le Président a la responsabilité de ramener le calme et la sérénité à l’université propice à un bon environnement de travail. Ce n’est certainement pas ces déclarations intempestives et méprisantes à l’égard de notre corporation, dont il fait partie, qui ramèneront le calme à l’université. Le CODEC interpelle notre Ministère de tutelle sur cette situation de pourrissement orchestrée par l’équipe dirigeante actuelle de l’Université FHB. En tout état de cause, le CODEC se réserve le droit de répondre à toutes ces interviews et articles de presses diffamatoires suscitées à l’encontre de la corporation », prévient le syndicat.

Quant au Syndicat Libre des Enseignants-Chercheurs (SYLEC), Il marque son indignation devant ce qu’il qualifie de dérives inimaginables au sein d’une cellule universitaire.

Constate avec regret, et ce, après analyse du contexte et suite aux communications des parties, que le Président de l’université Félix Houphouët-Boigny, le Prof Abou Karamoko reste et demeure, l’inspirateur de ces violences pour les raisons suivantes : « Son manque de diplomatie, de courtoisie et de tempérance dans la gestion au quotidien de cette institution ayant conduit en 2017 à accuser, à la une de journaux (Cf. Notre voie n°5684, du lundi 21 aout 2017), les Enseignants-Chercheurs de fraudeurs ; L’instauration de la violence au-delà de toute éthique, en invitant les étudiants en 2018 (voir vidéo en ligne), à bastonner les Enseignants-Chercheurs en situation de grève », avant d’inviter instamment le président Abou Karamoko à rendre sa démission dans les plus brefs délais dans l’intérêt de la cohésion et de la restauration de l’université Félix Houphouët-Boigny.

« Invitons le gouvernement, à ramener le principe des élections dans la désignation des autorités universitaires en vertu du respect de la franchise universitaire et à daigner affronter les problèmes au lieu d’en faire chaque fois, une question politique », conclu le SYLEC.

Abou Karamoko pourra-t-il tenir dans ce bras de fer seul, contre tous les syndicats de l’université de Cocody ?

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook