Home Société Côte d’Ivoire: Avant l’Examen Périodique Universel à Genève, le gouvernement interpellé par...

Côte d’Ivoire: Avant l’Examen Périodique Universel à Genève, le gouvernement interpellé par des Ong sur plusieurs «manquements » en matière de droits des enfants

Attiapo Erik du Forum des ONG et Associations d’Aide à l’Enfance (Ph )

– Dimanche 14 Avril 2019 – Dans le cadre du processus de l’Examen Périodique Universel (EPU) mis en place par le système des Nations Unies pour les droits de l’homme, la Côte d’Ivoire devra, le 7 Mai prochain à Genève, la capitale Suisse, dresser le bilan de ses acquis en la matière.

Entre temps, le Forum des ONG et Associations d’Aide à l’Enfance en difficulté, dont les membres étaient partie prenante du 33 ème pré session de l’EPU, a déploré au-tant de manquements quant aux droits de la classe juvénile.

« En Côte d’Ivoire, on déplore 35 % d’enfants en âge d’aller à l’école qui sont malheureusement non déclarés à l’Etat civil. Dans le cas du travail des enfants, on réalise qu’il a eu beaucoup d’actions menées par l’Etat pour les enfants travaillant dans la cacao culture. Et nous tenons à féliciter l’Etat pour cela. Toutefois, on dénote qu’en dehors de cacao culture, il y a des enfants qui travaillent dans les champs de coton, d’anacarde et des enfants sont utilisés comme bouvier. Ce que nous déplorons c’est que l’Etat accentue tous ses efforts que sur la cacao culture au détriment de ces autres domaines cités.
Sur la question des enfants en conflit avec la loi, pour nous, les moyens utilisés par l’Etat qui sont les moyens répressifs et les moyens encouragés qui sont la prise en charge des enfants ne sont pas trop vulgarisés. On voit que l’Etat met beaucoup l’accent sur les opérations épervier 1,2,3 et 4 et met peu l’accent sur la resocialisation des enfants. Il y a eu des centres qui ont été créés, notamment, les centres de M’bahiakro et Bimbresso. Mais les actions de ces centres ne prennent en compte qu’une partie des enfants.», a déclaré, Attiapo Erik, secrétaire exécutif du Forum au cours d’une rencontre bilan avec la presse tenue le vendredi 12 Avril 2019 dernier à son siège d’Abidjan Cocody Angré.

S’agissant de la situation des enfants en conflit avec la loi, le Forum s’étonne surtout du manque de vulgarisation par l’Etat de la socialisation de cette catégorie d’enfants et suggèrent la création de plusieurs structures d’apprentissage en vue de favoriser l’effectivité de la resocialisation.

Dressant le bilan de leur participation à la 33 ème pré session de l’EPU, le porte-parole de ces organisations de la société civile engagées dans la défense des droits des enfants en terre ivoirienne ,a révélé que les recommandations des ONG participantes se sont portés en partie sur l’enregistrement des naissances, la justice juvénile et le travail des enfants.

Aussi, ces ONG souhaitent-elles que le gouvernement sévisse contre la corruption décriée dans les services d’Etat civil. La coalition des OSC pour les droits des enfants a, par ailleurs, plaidé pour que soient délivrés, à tous les enfants nés sur le territoire ivoirien, des actes de naissance.

Enfin, la société civile recommande le passage de l’âge de la responsabilité pénale, de 10 ans, comme c’est le cas en ce moment, à 12 ans, conformément à la convention des nations sur les droits des enfants.

Rappelons qu’au cours de son second EPU tenu au mois d’avril 2014, 77 Etats ont formulé, à la Côte d’Ivoire, 198 recommandations. Au nombre desquelles 191, soit 97% des recommandations ont été tenues par le gouvernement ivoirien à ce jour.

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook