Home Société Côte d’Ivoire: «aucune main occulte n’est derrière les manifestants», selon le parti...

Côte d’Ivoire: «aucune main occulte n’est derrière les manifestants», selon le parti de Gbagbo

73
SHARE

Le Front populaire Ivoirien (FPI) principal parti de l’opposition a répliqué mercredi dans un communiqué dont APA a reçu copie qu’ ‘’aucune main occulte n’est derrière des citoyens qui découvrent qu’ils sont les dindons d’une farce ayant tourné au cauchemar’’.

‘’Les promesses non tenues par M. Ouattara et son gouvernement sur la question de la hausse injustifiée du prix de l’électricité et la cherté de la vie ne relèvent d’aucune main occulte. Pas plus que les actes de mauvaise gouvernance au sommet de l’Etat ainsi que l’insécurité chronique qui gangrène notre pays depuis plusieurs années ne sont le fait de mains occultes  », lit-on dans le communiqué signé de la Secrétaire générale, Agnès Monnet.

‘’L’Université qui bouillonne depuis des années et qui est devenue un champ de bataille permanent en raison de l’incapacité du Gouvernement à trouver des solutions durables aux problèmes académiques et matériels des étudiants, n’a pas eu besoin de mains occultes  », poursuit le texte.

Le Front populaire ivoirien qui n’entend pas se laisser distraire par des propos ‘’désobligeants et tendancieux de personnes qui n’ont aucune culture démocratique et qui confondent affairisme et politique  », réaffirme ‘’sa solidarité aux Ivoiriens qui dénoncent la hausse du prix de l’électricité et de la cherté de la vie, appelle à la mobilisation pour faire échec à la politique d’appauvrissement des populations ‘’, insiste le communiqué.

Le parti de Laurent Gbagbo demande, par ailleurs, au gouvernement ‘’l’annulation pure et simple de la hausse du prix de l’électricité plutôt que de proposer en lieu et place un échelonnement dans le paiement des factures, demande au Chef de l’Etat de privilégier le dialogue à la répression et à la fuite en avant, afin de résoudre les problèmes que vivent les Ivoiriens  », conclut le document.

La Côte d’Ivoire a connu un regain de tensions sociales qui ont débouché, ces dernières semaines, sur des manifestations violentes dans plusieurs villes du pays faisant un mort à Bouaké ex-bastion de la rébellion et fief d’Alassane Ouattara.

Le parti présidentiel, le Rassemblement des républicains (RDR), avait dans un communiqué, dénoncé des mains  »occultes » derrière ces manifestations.

MC/hs/ls/APA

abidjan.net