Home Société Côte d’Ivoire : Abidjan, le zèle des agents des forces de l’ordre...

Côte d’Ivoire : Abidjan, le zèle des agents des forces de l’ordre détachés auprès des autorités crée parfois préjudices aux journalistes

Agents des forces de l’ordre détachés auprès des autorités

– Mardi 19 Mars 2019 -Certains agents des forces de l’ordre détachés auprès des autorités font souvent, trop de zèle.

Hier à l’occasion du lancement officiellement des activités du comité d’organisation de l’Union postale universelle ( UPU) qui se tiendra à Abidjan en 2020, l’un de ces agents posté à l’entrée de l’auditorium de la primature où la cérémonie se déroulait, s’en est pris à un journaliste.

Ce dernier a refusé l’accès de la salle au confrère, parce qu’il a manifesté le désir d’y penetrer au moment où le Vice-Président intervenait.
Le confrère dont nous tairons le nom n’a pas suivi la fin de la cérémonie par la faute de cet agent zélé qui croyait bien faire son boulot.
Cependant, apprenions plus tard que, le journaliste était au préalable dans la salle et pour un besoin naturel, il s’était rendu dans les toilettes qui se trouvent hors de l’auditorium pour se soulager.
Malheureusement c’est à son retour qu’il a été bloqué devant l’entrée, alors qu’il avait demandé la permission à cet agent pour se rendre dans les toilettes.
Tout simplement, parce que, le Vice-Président, Daniel Kablan Duncan avait pris la parole.
Il faut noter au passage que le mouvement du journaliste ne gênait en rien, le bon déroulement de la cérémonie.
Par ailleurs, ce confrère n’est pas la première victime des pratiques de ces agents qui se comportent comme des roitelets. 
La semaine dernière, un incident similaire s’est produit à l’Assemblée nationale lors de l’élection du nouveau Président de cette institution. 
Un autre confrère avait été refoulé dans les mêmes circonstances, malheureusement, il n’a pu se contenir et il s’en est suivi des échanges virulents entre l’argent et lui.
Finalement, le confrère a été expulsé de l’Assemblée nationale puis conduit au commissariat du 1er arrondissement où il a passé des heures avant de recouvrer la liberté.
Pourquoi, cet excès de zèle pour des problèmes qui peuvent être réglés sans que personne ne soit informé.
Vivement que ces agents des forces de l’ordre mettent de l’eau dans leur verre pour permettre aux journalistes de faire leur travail dans le calme. 
En moins de deux semaines, ils ont empêché deux journalistes de faire le travail pour lequel ils se sont déplacés, non pas parce qu’ils étaient en retard mais par la faute de leur ZÈLE. 
Wassimagnon

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook