Home Société Cocody sera débarrassée des cabines cellulaires, petits commerces et étalages jonchant les...

Cocody sera débarrassée des cabines cellulaires, petits commerces et étalages jonchant les rues (ANASUR)

87
SHARE

Abidjan (Côte d’Ivoire) – Dans le cadre de la mise en place prochaine du plan de salubrité de la ville d’Abidjan, Mme Sana Sawadogo, chef de service à l’Agence nationale de salubrité urbaine (ANASUR) a prévenu que ’’ celui qui n’a pas de moyens n’aille pas habiter à Cocody’’, commune huppée de la capitale économique ivoirienne qui sera débarrassé ’’des cabines cellulaires, vendeurs de grillades, petits commerces, des étalages… qui jonchent les rues de cette commune’’.

Mme Sawadogo animait, vendredi soir, en compagnie de représentants des mairies d’Adjamé (Abidjan) et de Dimbokro (Centre du pays) ainsi que de la société civile, un panel autour de ’’la salubrité des routes ivoiriennes: quelles responsabilités, quelles actions ? « , à l’initiative de Acturoutes à travers son forum dénommé ’’Le Club Mobilité’’.

’’ L’Etat de grâce est fini. Nous allons passer à la répression. Celui qui n’a pas de moyens qu’il n’aille plus habiter à Cocody’’, commune qui abritera la ’’phase pilote de ce plan à partir dès la fin de ce mois’’, a précisé Sana Sawadogo, s’insurgeant contre l’occupation ’’anarchique des voiries’’.

Selon elle, pour cette phase pilote, Cocody sera débarrassé ’’des cabines cellulaires, vendeurs de grillades, petits commerces, des étalages… qui jonchent les rues de cette commune’’.

Dénonçant ’’l’incivisme’’ des populations, Mme Sawadogo a fait le ’’triste’’ constat que ’’les usagers se débarrassent de leurs déchets sur les routes et encombrent ces voies urbaines’’, a-t-elle déploré, précisant que la pré-collecte de ces ordures et le curage des caniveaux incombe aux collectivités locales et la gestion globale de collecte des déchets est du ressort de l’ANASUR.

Pour M. Vaho, directeur technique de la mairie d’Adjamé, ’’les activités anarchiques qui se développent dans la commune suite à une forte agglomération, 1à 2 millions par jour, constituent un handicap’’ qui donne l’impression que cette cité est ’’une commune toujours sale’’.

’’Avec un taux de remplissage rapide des coffres à ordures, 3 à 4 fois par jour, si on n’enlève pas vite le coffre, il est débordé’’, se défend-t-il, dans l’attente de ’’trouver un espace idéal pour poser ces coffres qu’on ne peut pas placer le long du boulevard Nangui Abrogoua’’, a-t-il ajouté.

Dans l’ensemble, panélistes et participants de la 7édition de ’’Le Club Mobilité’’ sont unanimes à admettre que la salubrité doit s’appliquer à tous les domaines du cadre de vie et de l’environnement.

Le Club Mobilité est un forum d’échanges du journal en ligne Acturoutes qui réunit, périodiquement, depuis mars 2015, des spécialistes d’une question liée à la mobilité.

HS/ls/APA

abidjan.net