Home Société Bingerville: Anne Ouloto, marraine du Cokot’cha festival

Bingerville: Anne Ouloto, marraine du Cokot’cha festival

La ministre de la Salubrité urbaine et de l’Assainissement était le lundi 28 mars 2016 à Bingerville où elle a parrainé, dans le cadre du lundi de Pâques, la première édition du Cokot’cha festival.

C’est dans une ambiance festive que les populations de la commune de Bingerville a célébré du 26 au 28 mars 2016, c’est-à-dire pendant la fête pascale, la première édition du Cokot’cha festival ou festival du foufou, ce met apprécié des peuples Atchan fait à base de la banane plantain et de l’huile rouge. Une fête réussie, d’autant plus qu’elle a enregistré ce lundi 28 mars 2016 la présence de la ministre Anne Ouloto, marraine de l’évènement. Cette dernière, lors de son allocution, a fait la genèse de la tenue de cette fête. Anne Ouloto a révélé que c’est en 1986, alors qu’elle était étudiante que, des amis ont institué cet évènement qui consistait à déguster du Cokot’cha (foufou) tous les lundis de Pâques. « Depuis 30 ans, pendant la période de Pâques, un groupe d’amis célèbre ainsi l’amitié, la fraternité et l’amour », a souligné Anne Ouloto. C’est pourquoi, elle a saisi l’occasion pour exhorter les populations, à l’occasion de la Pâques, à être des vecteurs de cohésion sociale, d’entente et du vivre-ensemble, notion chère aux yeux du Président Alassane Ouattara. « Pâques, c’est la fête de l’amour, de la joie et de l’entente. Nous devons véhiculer ce message à travers ce genre d’occasion », a-t-elle soutenu. En tant que ministre de la Salubrité urbaine, elle a aussi exhorté chacun à œuvrer à un cadre de vie propre et sain dans son environnement proche ou lointain. Pour elle, on ne peut pas travailler à la cohésion sociale dans un cadre de vie insalubre, non propice à se regrouper. C’est pourquoi, elle a demandé aux populations de Bingerville de s’atteler à vivre dans un environnement propre et décent. Afin de les inciter à cela, la ministre a offert un important lot de matériels pour la salubrité.

Olivier Guédé

abidjan.net

Commentaires Facebook