Home Politique Quel christianisme en Afrique aujourd’hui ?

Quel christianisme en Afrique aujourd’hui ?

Le christianisme est une religion qui dérange, qui choque et qui scandalise. Car le Christianisme annonce une Personne, Jésus Christ qui a choqué, scandalisé et dérangé par sa vérité, son enseignement et sa vie. Le christianisme doit donc déranger par sa vérité, par son éthique et par sa parole.

Aujourd’hui on veut un christianisme qui caresse, un christianisme diplomatique, on préfère un christianisme qui ne dérange pas les pouvoirs publics. On prêche donc un christianisme émotionnel, un christianisme du folklore, un christianisme qui doit dire aux fidèles ce qu’ils veulent entendre. On applaudit un christianisme qui dit ce qu’on veut entendre. On veut un christianisme qui plaît à tout le monde.

Si le christianisme ne perce pas les cœurs, si le christianisme doit tenir compte des humeurs de chacun, s’il doit plaire à Kadja, à Abedi ou à N’goh, ce christianisme là n’est plus celui du Christ. Un tel christianisme comme l’affirme le théologien Joseph Ratzinger est “vidé de toute sa substance et accuse un manque de sincérité”, de vérité et n’a aucun lien avec la parole de Dieu. Faisons attentions aux différentes interprétations de la parole de Dieu, qui sont devenues des stratégies pour ne pas blesser tel ou pour faire plaisir à tel. Toutes nos stratégies pastorales et interprétations de la parole de Dieu qui n’obéissent pas à la volonté et à la vérité de Dieu n’ont pas de sens et viennent de Belzébul.

Si le christianisme doit plaire à tout le monde on aura plus de saints martyrs à célébrer. Les peureux n’annoncent pas la parole de Dieu. C’est pourquoi un prêtre ne doit pas être heureux lorsqu’il est applaudi après ses interventions parce qu’il a caressé dans son homélie un parti politique, car à l’église on ne fait pas un meeting. Sa mission c’est d’annoncer la parole et non d’être acclamé. La particularité du christianisme c’est qu’elle est fondée sur la Trinité et elle annonce une Personne : Jésus Christ vrai Dieu et vrai homme. C’est pourquoi le christianisme est christocentrique mais un christocentrisme ouvert au Père et à l’Esprit saint. Le christianisme n’est pas un mouvement humain, géré par un gourou et qui doit agir en fonction d’un chef d’Etat ou de la mode. Le christianisme a sa propre mode qui est le style évangélique. Si les pasteurs et les fidèles transforment le christianisme en un mouvement diplomatique, une religion qui fuit la vérité, ils rendront compte au Christ.
Aujourd’hui c’est le christianisme pratique qu’il nous faut dans nos familles, dans nos bureaux et partout. Le Démon et ses adeptes nous applaudissent lorsque nous pratiquons un christianisme abstrait, un christianisme du bruit, un christianisme qui ne les dérange pas. C’est-à-dire un christianisme qui combat un démon imaginaire alors que le vrai démon est dans la politique, un christianisme qui garde le silence ou qui parle en fonction de celui qui est au pouvoir ou de celui qui donne. C’est ce que j’appelle le christianisme de « mange et tais-toi ».

Chers amis, chers frères et sœurs, prêtres, évêques, pasteurs africains, notre christianisme a besoin de vrais prophètes qui dénoncent, qui parlent, qui agissent dans la charité et qui sont capables de mourir au nom du Christ pour les faibles. Nous n’avons pas besoin seulement des prophètes qui parlent en langue, qui organisent de grandes évangélisations et après se retrouvent dans les palais et résidences de ceux qui font souffrir le peuple. Le matin ils sont prophètes, visionnaires et la nuit ils sont avec les bourreaux des fidèles à cause des enveloppes, des dons et offrandes. Celui qui a reçu une charge de la part de Dieu ne doit pas avoir peur d’annoncer la parole de Dieu malgré les menaces. Ne transformons pas le christianisme en un mouvement de soutien pour nos amis au pouvoir ou pour nos camarades de l’opposition. Le Christianisme c’est annoncer le Christ et seulement le Christ.

Père Marius Hervé N’guessan Djadji du diocèse de Yopougon
Curé de paroisse dans l’archidiocèse de Malines Bruxelles. Docteur en théologie dogmatique

Commentaires

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site connexion ivoirienne.

 

Commentaires Facebook