Home Politique Les patronats ivoirien et marocain pour une « réciprocité des flux d’investissement...

Les patronats ivoirien et marocain pour une « réciprocité des flux d’investissement »

66
SHARE

Le Groupe d’impulsion économique Côte d’Ivoire-Maroc (GIEMCI) qui a réuni les patronats des deux pays en marge de la visite du Roi du Maroc en Côte d’Ivoire a souhaité « la réciprocité des flux d’investissement » entre ces deux pays.

« Nous souhaitons que les opérateurs économiques très dynamiques dans la région Ouest africaine soient également des acteurs du développement du Maroc. C’est cet état d’esprit qui anime notre GIE », a souligné Miriem Ben Salah Chaqrun, Présidente de la Confédération générale des entreprises marocaine (CGEM) présentant les recommandations de cette rencontre entre les acteurs des secteurs privés marocain et ivoirien en présence du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara et de son hôte Mohammed VI.

Par ailleurs, la rencontre d’Abidjan du GIEMCI a souhaité une amélioration de « la réciprocité des flux d’investissement ». Poursuivant, Mme Chaqrun, a révélé que le groupement propose de « mettre en place des outils d’informations pour favoriser les investissements privés de la Côte d’Ivoire vers le Maroc, identifier des domaines pertinents et prioritaires pouvant donner lieu à des partenariats croisés, financement des investissements et des opérations ».

En ce qui concerne, le coût de refinancement des banques auprès de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dont la récente hausse risque d’entraver la dynamique d’investissement, les patronats souhaitant « une baisse ».

Le renforcement de la coopération en matière d’économie numérique en facilitant le développement des projets de techno-centre maroco- ivoirien, figure au chapitre des points pour une amélioration de la coopération en matière économique.

Son homologue ivoirien, Jean Marie Ackah , président de la Confédération générale des entreprises de Côte d'ivoire (CGECI) s’est réjoui de cet outil qui constitue « un puissant outil de coopération ».

Quelques 14 accords bilatéraux portant sur les domaines militaires, de la santé, de l’économie numérique, du transport, de la logistique, des finances, des PME… ont été signés entre ces deux pays.


Source : Africatime CI

Africatime CI